Les travaux de plâtre étaient anciennement effectué par le maçon. Cette association avec le travail du plâtre l’a fait appeler maçon-plâtrier. Par ailleurs, il hourdait et enduisait les cloisons en plâtre, réalisait des moulures, (staff).

Du reste, les murs de pierre étaient jointoyés aux moyen de couteaux pointus et emmanchés appelé « fiche ». Cette mise en œuvre des maçonneries sera abandonnée au profit du hourdage à bain, toujours en plâtre (pose à « plein bain de mortier »).

Le plâtre n’est plus utilisé que pour le plafonnage par un professionnel bien distinct, le plafonneur ou plâtrier.

Plâtrage et enduit
ARTICLE

Plâtrage et enduit

PLÂTRAGE ET ENDUIT

Les murs intérieurs maçonnés sont généralement plâtrés avant finition, même si les murs en pierres naturelles ou en briques sont souvent laissés tels quels. Enduit de ciment, sous-couche ou primaire d’accrochage sont appliqués sur la maçonnerie avant la couche de plâtre de finition. Autre solution à ces techniques de plâtrage, l’application d’un simple enduit de finition. 

 

PLATRAGE ET ENDUIT

Le choix entre enduit de fond ou sous-couche de plâtre dépend de plusieurs facteurs. La sous-couche de plâtre ne peut être appliquée sur un mur montrant des signes d’humidité, contrairement à l’enduit de fond qui peut être renforcé par l’ajout d’adjuvants hydrofuges. Une sous-couche de plâtre sera plus isolante d’un enduit de fond mais la couche de finition sera moins résistante.

Le plâtre monocouche s’applique directement sur la maçonnerie mais une seconde couche est souvent nécessaire pour un résultat irréprochable. Sur une maçonnerie, la plus fine des finitions est obtenue en appliquant une sous-couche ou un primaire d’accrochage avant l’enduit de finition. La technique exige le savoir faire d’un professionnel.

L’enduisage reste une technique traditionnelle largement utilisée pour réparer ou rénover les murs intérieurs. De plus, cette solution se révèle moins couteuse que l’achat d’importantes quantités de plaques de plâtre. Pour couvrir tous les murs d’une pièce, préférez un enduit de finition appliqué sur des plaques de plâtre jointoyées à l’enduit de jointoiement, avant ponçage et lissage.

Schéma de principe d'un enduisage intégral d'un mur maçonné
Schéma de principe d'une bande à joint et enduisage intégral sur plaques de plâtres
Schéma de principe d'une bande à joint sur plaques de plâtres
Option 1 : Plâtrage d’un mur maçonné

Le plus économique des choix pour traiter de grandes surfaces.

Option 2 : Plâtrage d’un mur à ossature

Un premier lissage sur des plaques de plâtre à bords droits puis une couche de plâtre de finition.

Option 3 : Enduit « mur maçonné ou à ossature »

Un enduit de jointoiement comble les joints avant ponçage et application d’un enduit de finition.

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Rénover un plafond
ARTICLE

Rénover un plafond

RENOVER UN PLAFOND

Vous souhaitez installer un plafonnier, positionner une trappe d’accès aux combles ou rénover un plafond trop ancien? Parmi les trois méthodes présentées ici, à vous de choisir la plus adaptée à vos besoins. N’envisagez aucun projet sans en évaluer les conséquences sur le plan structurel. Les conseils d’un spécialiste vous aideront à décider, par exemple, s’il convient ou non de remplacer toutes les solives d’un plafond déformé. La rénovation d’un plafond peut être l’occasion de procéder à une isolation thermique ou phonique. Réfléchissez aux finitions et, si nécessaire, utilisez des plaques de plâtre adaptées à votre projet.

 

AMENAGER UNE TRAPPE D’ACCES

Une trappe d’accès aux combles permet d’inspecter la charpente et donne accès à un espace de rangement supplémentaire. qu’il s’agisse de créer une ouverture ou de déplacer une trappe, pensez avant tout à l’usage requis et à la sécurité exigée.

Positionner l’ouverture 

Tenez compte de l’angle formé par l’échelle d’accès une fois dépliée; assurez-vous de pouvoir replier et déplier l’échelle sous toiture et de disposer d’une hauteur suffisante sous toiture; ne placez pas la trappe à proximité d’un escalier. Arrangez-vous pour n’avoir à scier qu’une seule solive, sachant que cette opération affaiblit la structure.

 

Installer une échelle d’accès

Le profil de découpe de la trappe dépendra du type d’échelle utilisée. Si vous souhaitez accéder aux combles à l’aide d’un escabeau, aménagez une trappe fermée par un simple panneau reposant sur des sections de butoirs de cadre. Pour installer une échelle fixe, équipez la trappe d’une charnière et tenez compte des spécificités de l’échelle. 

Schéma de principe d'un plafond à structure bois incluant une trémie d'escalier

 

 

RENOVER UN PLAFOND PLATRE A LATTIS

En présence d’un plafond trop abimé, la première option consiste à l’abattre ou bien à opter pour l’une des solutions ; L’entoilé ou créer un faux plafond.

 

ABAISSER UN PLAFOND

Pour rénover un plafond trop abimé, une des solutions consiste à créer un nouveau plafond sous le premier. Vous éviterez ainsi tous les désagréments liés à la démolition du plâtre d’un plafond.

 

 

 

Schéma de principe d'un faux plafond composé de poutres, solives bois et plaques de plâtre

FAUX PLAFOND A NIVEAU SUR OSSATURE METALLIQUE

Structure porteuse à l’aide de profilés fixés aux solives existantes, puis habillage par plaques de plâtre

Schéma de principe d'un faux plafond en plaques de plâtre sur ossature métallique

PLAFOND SUSPENDU

Ce type de plafond modifie le volume d’une pièce et permet de travailler l’éclairage aussi bien que l’isolation acoustique et thermique. Sa réalisation exige la suspension d’une structure bois ou métal au plafond d’origine, avant la pose de dalles.

Schéma de principe d'un faux plafond suspendu
Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Le doublage
ARTICLE

Le doublage

LE DOUBLAGE

Les différentes pertes d'énergie d'une maison non isolée

Les systèmes de doublage permettent d’assurer l’isolation thermique et également l’isolation acoustique d’un logement.

Pour doubler et isoler vos murs par l’intérieur, vous devrez choisir entre trois techniques, le montage avec ossature, le panneau complexe collé ou la contre-cloison maçonnée. Le choix vous sera en partie dicté par un bon diagnostic de l’existant mais aussi par vos besoins. Car connaître les avantages et les inconvénients de chacune de ces techniques va vous permettre d’opter pour la solution la mieux adaptée à votre projet. Pour le choix des matériaux, c’est en fonction des performances souhaitées, de votre budget et de la solution technique retenue que vous vous déciderez.

 

LE DOUBLAGE COLLE

Schéma de principe d'un doublage collé

La rénovation de son intérieur par la mise en place de  doublage collé est une solution d’isolation des murs par l’intérieur, constituée de plaque de plâtre et d’un isolant en polystyrène expansé (PSE) 100 % recyclable. Sa performance thermique permet de réduire la consommation énergétique du foyer. Il existe des doublages dotés de caractéristiques spécifiques pour chacun de vos besoins : Doublissimo® Perfomance pour l’isolation acoustique, Placomur® DuoPass Marine pour les pièces humides, c’est important à savoir lorsque l’on se demande quelle colle choisir pour coller une plaque de plâtre Placo®.

Le doublage collé est la solution parfaite pour choisir quelle colle pour coller une plaque de plâtre Placo® ainsi que pour isoler un mur régulier. Le mur doit être sain, sec, dépoussiéré et sans trace de graisse. Le faux aplomb ou les irrégularités de la paroi ne doivent pas dépasser 15 millimètres. Au-delà de cette épaisseur, la paroi est considérée comme irrégulière et doit alors bénéficier du système de doublage Placostil®.

 

LE DOUBLAGE SUR OSSATURE METALLIQUE

Schéma de principe d'un doublage sur ossature métallique

Applicable dans tous les cas de figure, c’est la solution la plus efficace pour éviter les ponts thermiques, grâceà un passage des réseaux électriques et des tuyauteries facilité. Cette technique s’impose si le mur est dégradé ou présente un faux aplomb. L’ossature se compose de lisses horizontales fixées au sol et au plafond, de fourrures verticales et horizontales et d’accessoires rupteurs de ponts thermiques, sur lesquels l’isolant est embroché.

 

LA CONTRE-CLOISON MACONNEE

Schéma de principe d'une contre-cloison maçonnée
Pour ceux qui préfèrent les travaux de maçonnerie et les finitions à base d’enduit, il existe une troisième solution: doubler le mur à l’aide d’une contre-cloison maçonnée d’une épaisseur de 5 cm emprisonnant l’isolant. Le prix de revient de cette solution est, quant à lui, plus élevé que les autres doublages.

 

  

RESUME

LES POINTS FORTS

L’isolant, sain et propre, offre l’avantage d’être léger et facile à mettre en œuvre.

Il existe en différentes épaisseurs pour atteindre le niveau de résistance thermique R recommandé.

Les dimensions des panneaux sont étudiées pour être posés sans raccord horizontal et pour réduire au minimum les joints et les risques de ponts thermiques.

LES POINTS FAIBLES
Réduction de la surface habitable, un inconvenant non négligeable vu le prix du mètre carré élevé dans certaines villes.
 
 
Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
La cloison
ARTICLE

La cloison

LA CLOISON

CLOISON EN PLACO SUR OSSATURE METALLIQUE

Schéma de principe d'une cloison à ossature métallique
Cloison

L’aménagement intérieur peut nécessiter une installation de cloisons. La cloison Placostil® est une cloison de distribution qui affiche d’excellentes performances thermiques, acoustiques et offre une très bonne résistance thermique et une bonne protection incendie et répond très bien à la problématique suivante : comment monter une cloison en Placo® ? Avec Placostil® pour vos cloisons intérieures, soyez sûrs du résultat. 

  • Les systèmes de cloisons à ossature métallique sont mis en œuvre comme des cloisons de séparation intérieures non porteuses qui satisfont à telle exigence d’utilisation :
    • protection contre l’incendie
    • protection acoustique
    • robustesse
    • résistance aux impacts
    • intégration des réseaux techniques

 

Constitution d’une cloison en Placo® 

Permettant de couvrir de larges surfaces, la cloison Placostil® est notamment recommandée pour ceux qui ceux demandent  comment poser une porte dans une cloison Placo® pour créer de nouveaux espaces. Celle-ci s’adapte à la plupart des ouvrages, aussi bien en rez-de-chaussée qu’en étage. Pour des sols n’acceptant qu’une faible charge (ex : combles), mieux vaudra choisir la cloison Placopan®, cloison alvéolaire trois fois plus légère qu’une cloison maçonnée. La cloison Placostil® 98/48 comporte une ossature métallique Placostil® qui sert de support aux plaques de plâtre. Les rails se fixent au sol et sur le plafond, et les montants sont vissés sur les murs. Le nombre 98 indique l’épaisseur totale de la cloison en millimètres (montant + 2 plaques de plâtre de chaque côté). Lorsque l’on s’intéresse à comment faire une cloison en Placo®, Le nombre 48 revient souvent, il désigne la largeur du montant et du rail en millimètres. De chaque côté de la cloison, deux plaques Placoplatre® BA 13 ou Placo® Phonique BA 13 décalées et vissées l’une sur l’autre, forment les parements.

 

CLOISON EN CARREAUX DE PLATRE

Nous privilégions ce matériaux notamment pour les cloisons de cuisine, de salle de bains ou de toilettes.

 

Description de l’ouvrage

Les applications

Les carreaux de plâtres s’utilisent le plus souvent pour des séparations de cuisine, de salle de bain ou de toilettes, en raison de leur facilité de pose et de leur résistance aux lourdes charges.

Caroplatre® est un carreau de plâtre, à faces lisses, de dimensions 66 x 50 cm et d’épaisseur 5, 7 ou 10 cm. La gamme Caroplatre®, présente plusieurs versions pour répondre à tous les besoins :

  • hydrofuge pour résister à l’humidité  : cuisine, salle de bains, buanderie, etc.

  • alvéolé pour un carreau plus léger afin d’éviter, par exemple, les surcharges sur les planchers.

L’assemblage des carreaux de plâtre se fait par collage (avec les colles Placol®) et emboîtement via les tenons (languettes) et mortaises (rainures) présents sur les bords des carreaux.

 

Les points forts
  1. Incombustible, il résiste au feu et sous l’action de la chaleur ne dégage que de la vapeur d’eau.

  2. Régulateur hygrométrique, il absorbe l’humidité de l’air lorsqu’elle est excessive et la restitue lorsque l’air est trop sec.

  3. Respectueux de l’environnement et totalement recyclable.

  4. Maniable et peu encombrant, il se transporte et s’entrepose facilement.

  5. Facile à découper (à la scie), il autorise toutes les formes et toutes les créations. Il permet une multitude de travaux d’agencement, d’aménagementet de réhabilitation.

  6. Facile à poser par simple jeu d’emboîtage, il nécessite très peu d’outils.

  7. Parfaitement lisse en surface, il constitue des surfaces planes et soignées, prêtes à recevoir après un temps de séchage très court (24 à 48 heures) tout type de revêtement mural : carrelage, papier peint, peinture… 

Illustration d'un carreau de plâtre hydrofuge épaisseur 7 cm
Carreau plâtre hydrofuge
Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Fermer le menu
Aller à la barre d’outils