Agencement de cuisine

Agencement de cuisine

AMENAGEMENT DE CUISINE

L’agencement d’une cuisine intégrée exige patience et réflexion. Le schéma d’implantation des éléments et appareils électroménagers qui la composent est une étape délicate et toute erreur en ce domaine peut se révéler coûteuse. En présence d’un schéma existant et opérationnel, le renouvellement se limite au décor et au remplacement des façades de portes et de tiroirs. Mais tout se complique si vous souhaitez installer un nouvel appareil, un élément de rangement supplémentaire ou revoir le plan de la cuisine. Alors un nouveau schéma d’agencement s’impose.

IMPLANTATION

Planifier l’agencement d’une cuisine reste une opération complexe exigeant la prise en compte de multiples facteurs. A ce stade l’enjeu consiste à limiter le plus possible tout dépassement de budget, sachant que le prix d’une cuisine intégrée repose essentiellement sur le coût d’installation bien plus que sur l’achat des éléments eux-mêmes.

Appareils électroménagers

Une cuisine minimaliste se doit d’abriter table de cuisson et four, réfrigérateur et évier. Un équipement à compléter éventuellement par un four à micro-ondes, un lave linge, un lave vaisselle, un congélateur séparé ou un combiné réfrigérateur-congélateur. A noter que certaines pièces, garage ou buanderie, peuvent accueillir une partie de ces appareils.

L’activité dans une cuisine se concentre entre les trois pôles que représentent la table de cuisson, l’évier et le réfrigérateur. Ces trois pôles forment un triangle d’activité sur lequel s’articule l’agencement idéal d’une cuisine, conjuguant à la fois accessibilité, circulation et facilité de rangement (voir ci-dessous).

L’implantation du réfrigérateur à proximité de la table de cuisson est à éviter, car la circulation d’air chaud aux abords de cette dernière lorsqu’elle est en fonctionnement forcerait le réfrigérateur à une surconsommation.

Dans le cas d’un création d’un îlot central, on évitera d’interrompre la circulation entre l’évier le réfrigérateur et la table de cuisson. L’alimentation électrique pourra facilement être assurée par les câbles circulant en sous-plancher. Question plomberie, l’installation des canalisations d’évacuation sous le plancher sera plus complexe et souvent impossible.

Aménagement en L

Les éléments occupent une partie ou toute la longueur de murs perpendiculaires. Dans les cuisines spacieuses, cette configuration permet d’aménager une zone repas au centre de la pièce. Un schéma intégrant capacité de rangement et facilité de circulation, idéal pour une famille nombreuse. 

Aménagement en U

Les éléments s’aligne sur trois murs; dans une grande pièce, un des cotés peut faire office de comptoir repas. Dans les petites pièces pièces cette configuration accroît la capacité de rangement mais limite l’espace du sol. Il est préférable d’installer le réfrigérateur à proximité de la porte.

Aménagement en vis-à-vis

Dans une pièce étroite, les éléments peuvent être alignés le long de deux murs en vis-à-vis. La configuration limite l’espace au sol, mais les surfaces murales disponibles sont utilisées au maximum de leur potentiel.

 

Îlot central

Un aménagement sollicité dans les grandes pièces, mais aussi dans les petites cuisines. pour l’originalité du concept. Avec une implantation en îlot, la notion de triangle d’activité ne s’applique pas. La configuration ne facilite pas l’installation des câbles et celle des conduits d’alimentation.

 

Plan d’installation

L’exemple ci-dessous détaille les grandes lignes de la stratégie qu’il convient d’adopter. On adaptera le plan de travail selon le schéma d’aménagement et les équipements choisis.

  1. Reroutage des circuits électriques
  2. Reroutage des canalisations d’eau
  3. Travaux visant la structure des murs, plafond et sol
  4. Intégration des éléments suspendus
  5. Installation du plan de travail
  6. Raccordement de l’évier 
  7. Encastrement du four et table de cuisson
  8. Fixation de la hotte aspirante

 

ALIMENTATION DES EQUIPEMENTS DE LA CUISINE

Si le schéma d’aménagement de votre cuisine intégrée reprend celui de votre ancienne cuisine, les travaux d’installation resteront limités. Dans la plupart des cas cependant, une modification du routage des canalisations et câbles d’alimentation existants sera nécessaire.

Plomberie

L’évier doit être alimenté en eau chaude – froide et raccordé à un réseau d’eaux usées ; ce même principe s’applique au lave-linge et au lave-vaisselle, souvent raccordés au réseau de plomberie de l’évier. D’où la nécessité de regrouper ces différents éléments ! Les canalisations d’évacuation des eaux ménagères doivent respecter une certaine pente, ce qui explique la difficulté à prolonger ces installations dans certains cas.

Gaz

Toute intervention sur une installation de gaz exige des compétences techniques spécifiques et une parfaite connaissance de la réglementation.

Electricité

La cuisine concentre une multitude d’appareils plus ou moins gourmands en électricité. En plus des prises de terre standards implantées au-dessus du plan de travail pour alimenter machine à café, robot-ménager ou grille-pain, les gros appareils électroménagers devront disposer chacun d’un circuit spécialisé protégé par un disjoncteur.

En matière d’éclairage, le schéma d’installation électrique doit associé lumière d’ambiance et éclairage directionnel de certaines zones, comme l’évier ou le plan de travail. En plus des plafonniers, un dispositif d’éclairage peut être installé sous les éléments hauts et les hottes aspirantes. On se basera sur le schéma d’aménagement de la cuisine intégrée afin de procéder au routage et aux dérivations nécessaires des câbles électriques.

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Fermer le menu
Aller à la barre d’outils