Agencement de salle de bains
ARTICLE

Agencement de salle de bains

AGENCEMENT DE SALLE DE BAINS

L’agencement d’une salle de bains vise d’abord à maximiser l’espace disponible et si vous décidez de la rénover entièrement, outre le remplacement des revêtements et appareils sanitaires, des modifications seront à envisager, telles que le reroutage des réseaux de plomberie et électrique ainsi que la ventilation

Sachant que l’eau est un excellent conducteur électrique, des précautions doivent être prises quant à l’implantation et à l’alimentation des équipements sous tension, de même, tous les éléments métalliques, comme les canalisations ou les huisseries doivent être reliés à la prise de terre par une liaison équipotentielle, c’est aussi pour cela que le professionnel est nécessaire à la bonne exécution des travaux.

 

SCHEMAS D’AMENAGEMENT

La plupart des habitations disposent d’une salle de bains standard intégrant un WC, un lavabo et une baignoire. En complément de ces équipements incontournables, peuvent être installés une douche, dans une cabine séparée ou intégrée à la baignoire. L’ajout d’un lavabo est une option généralement choisie par des familles nombreuses.

Salle de bains attenante

La proximité d’une salle de bains et d’une chambre peut générer un problème de bruit. Souvent dépourvue de fenêtres, la pièce doit disposer d’un ventilo-extracteur ou d’un extracteur axial avec minuterie intégrée. Le bruit d’un réservoir de chasse se remplissant peut être atténué par le remplacement du clapet de robinet flotteur.

Cabinet de toilettes

Une solution gain de place pour les petites salles de bains, intégrant un WC à réservoir compact, une cuvette et un lavabo d’angle. La pièce doit disposer d’une fenêtre ou d’un ventilo-extracteur.

Pièce d’eau

Un espace comprenant un bac de douche dépourvu de séparation, où l’eau s’écoule à travers une bonde couvrant un trou percé au sol. Toute la pièce doit être rendue étanche à l’eau.

 

SCHEMAS D’IMPLANTATION

Tous les équipements sanitaires doivent être posés de façon à ne pas entraver la libre circulation des usagers. Ainsi, une baignoire sera implantée à 700 mm minimum d’un mur ou d’un équipement adjacent afin de faciliter les entrées et sorties. De même, il faudra s’assurer que la porte de la pièce ne frotte pas contre un élément lors de son ouverture. Les armoires à pharmacie devront être placées hors de portée des enfants et équipées d’un dispositif de verrouillage. 

Schéma d'implantation des équipements sanitaires de salle de bains

ROUTAGE DU RESEAU DE PLOMBERIE

En matière de rénovation de salle de bains, le plus simple consiste à implanter les nouveaux équipements à l’emplacement des anciens. 

 

ROUTAGE DES CIRCUITS ELECTRIQUES

L’installation électrique d’une salle de bains mérite une attention particulière. Les équipements sous tension y sont multiples: Eclairage, ventilo-extracteur, sèche-serviettes, radiateur, prise murale, chauffe-eau, pompe de douche… L’eau et l’électricité forment un couple détonant, d’où la division de la salle de bains en volumes, chacun soumis à une réglementation particulière.

 

FIXATION D’ELEMENTS

Outre la modification du réseau de plomberie, la fixation d’équipement sur une cloison à ossature exige la pose de moises de renfort.

implantation d'éléments sanitaires et accessoires de salle de bains

MODELES DE DOUCHE

La gamme de douches regroupe un très large éventail de modèles. Au cas ou l’espace le permet, l’ajout d’une douche dans une salle de bains peut passer par la mise en place d’une cabine de douche ou bien d’une douche à l’italienne. Le choix d’un modèle de douche reste néanmoins fonction du réseau de plomberie existant.

 

Cabines de douche

La taille et formes des cabines correspondent à divers modèles de bacs à douche. La cabine présente une ou deux parois formées par le carrelage mural de salle de bains. Il existe des cabines intégrales avec bac à douche et robinetterie intégrés.

Cabines de douche, carré et pan coupé, à 2 et 3 parois

Receveurs de douche

Les receveurs douche se déclinent en différents matériaux, résine, acrylique ou céramique émaillée. Les modèles en résine ou en céramique se posent sur un lit de mortier. Si l’opération s’avère impossible, la solution d’un receveur sur socle sera à envisager. Å l’image des baignoires, les receveurs acryliques disposent de pieds réglables en hauteur et d’un tablier. Leur hauteur facilite le raccordement de l’évacuation, ce qui évite généralement le retrait d’une partie du plancher.

Modèles de receveurs de douche

Ecrans anti-projection

Les écrans sont généralement fixés sur un des côtés d’une baignoire intégrant une douche. On distingue les écrans droits pivotants ou fixes des écrans à plusieurs volets en accordéon.

Modèles d'écran anti-projection

ROBINETTERIES

La robinetterie de salle de bains se décline en plusieurs familles de produits adaptés à tous les types de sanitaires. En matière de robinetterie de douche, la gamme distingue mélangeur et mitigeur, mécanique ou thermostatique. tous ces robinets sont proposés en une large palette de styles et de finitions, des modèles rétro en laiton, en cuivre ou en étain aux modèles plus contemporains en chrome. Dans la douche, le bec du robinet laisse place à un raccord fileté sur lequel vient se visser le flexible de la couchette ou le tube rigide qui monte vers le plafond et se termine par la pomme de douche.

Douchette à rampe chromée
Pommeau de douche fixe chromé
Mitigeur thermostatique chromé

Mélangeur

Le robinet présente deux têtes d’ouverture, à gauche la commande d’eau chaude symbolisée par la couleur rouge, à droite la commande d’eau froide symbolisée par la couleur bleue. Avec le mélangeur, les commandes du chaud et du froid sont indépendantes et l’utilisateur règle lui-même la température de l’eau. En ouvrant plus ou moins les deux robinets, l’utilisateur détermine le débit d’eau chaude et le débit d’eau froide afin d’obtenir la température désirée.

Mitigeur

Un mitigeur mécanique dispose d’une seule manette de commande qui permet à l’utilisateur de régler simultanément le débit d’eau, en soulevant plus ou moins la manette, et la température du mélange, en tournant plus ou moins la manette vers la droite ou vers la gauche. Sur certains modèles, la manette est remplacée par un interrupteur à infrarouge qui déclenche et arrête l’écoulement de l’eau à une température et un débit déterminées par l’utilisateur.

Mitigeur thermostatique

Le mitigeur thermostatique est équipé de deux manettes séparées, une pour régler la température de l’eau, l’autre pour régler le débit. Il est équipé d’un système de sécurité, qui intervient notamment en cas de rupture de l’alimentation en eau froide? Certains modèles sont équipés d’un limiteur de température étalonné à 38°C qui prévient les risques de brûlures. L’utilisation d’une robinetterie thermostatique implique que l’eau soit chauffée et accumulée dans un ballon. Les chauffe-eau instantanés sans ballon ne permettent pas une utilisation optimum de ce type de robinetterie, car l’eau n’arrive pas à température constante. De même, lorsque l’eau du réseau est trop calcaire, elle finit par entartrer les arrivées d’eau chaude et froide de la robinetterie qui ne peut plus réguler correctement la température de l’eau demandée.

 

HYDROMASSAGE A DOMICILE

La douche bénéficie depuis ces dernières années à multiples innovations techniques permettant de transformer la salle de bains en un véritable centre de remise en forme. La gamme des équipements proposés se distingue entre autres par la cabine de douche hydromassante. Cet équipement, comparable à une cabine de douche intégrale avec receveur, fonds fixes thermoformés, parois de verre et porte, dispose en plus d’un système de buses qui diffusent l’eau sur différents endroits du corps pour le masser, et de multiples autres options comme un siège rabattage ou une fonction hammam. On distingue les cabines à hydromassage multijet avec fonctionnement simultané de toutes les buses des cabines à hydromassage séquentiel avec fonctionnement alterné des buses. Outre les besoins en pression (3 bars au minimum) et en débit (20 à 30 Litres/min), une hydromassante doit être obligatoirement alimentée par un ballon de grande capacité. En cas de manque de pression, l’installation d’un surpresseur est toujours envisageable. Grandes consommatrices d’eau, les cabines d’hydromassage peuvent être équipées d’un système de recyclage de l’eau fonctionnant en circuit fermé.

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Salles de bains
ARTICLE

Salles de bains

SALLES DE BAINS

L’agencement d’une salle de bains débute par le choix d’équipements implantés de façon à occuper au mieux l’espace disponible. Si le remplacement de certains équipements limite les travaux de plomberie, l’aménagement complet d’une salle de bains ne peut être envisagé sans préparation d’un schéma de routage des canalisations d’arrivée et d’évacuation d’eau.

CHOIX DE L’EQUIPEMENT

La plupart des fabriquants commercialisent des lignes sanitaires complètes avec accessoires coordonnés. Une ligne sanitaire basique comprend lavabo, baignoire, et/ou douche. Traditionnellement, les équipements de salle de bains sont en céramique ou bien en résine acrylique blanche. carrelage, fences, robinetterie et autres accessoires pourront être assortis aux éléments.

WC

Un WC est formé d’un réservoir et d’une cuvette. Dans le réservoir prennent place le mécanisme de chasse d’eau et l’eau qui vient remplir la cuvette reliée par une sortie à la colonne de chute des eaux-vannes. Le réservoir (céramique, acrylique ou métal) peut être attenant à la cuvette ou relié à cette dernière par un tuyau. Un réservoir de WC suspendu est conçu pour être encastré dans un mur. La cuvette, en céramique sanitaire émaillée ou en inox, peut être fixée au mur (WC suspendu) ou reposée au sol. Toutes disposent d’un siphon intégral – un coude en U rempli d’eau pour éviter la remontée de mauvaises odeurs. Un WC peut présenter une sortie horizontale ou verticale; des adaptateurs permettent de remplacer un modèle par un autre.

Bloc WC complet modèle classique
Bloc WC

Modèle à poser commercialisé sous forme d’un pack incluant un réservoir attenant à la cuvette avec mécanisme de chasse d’eau intégré, un abattant, un robinet d’arrêt et un kit de fixation.

Bloc WC complet d'angle
WC d’angle

Pour petites salles de bains. WC suspendus, à cuvette fixée au mur et à réservoir encastré, ou à cuvette indépendante à réservoir fixé au mur.

 

Lavabos

Traditionnellement réalisés en céramique émaillée, les lavabos se déclinent aujourd’hui en une large gamme de modèles – sur colonne, demi-colonne ou à fixation murale – et de matériaux, comme le verre, bois, résine, pierre. Le lavabo peut aussi se transformer en un plan de toilette avec vasque encastrée dans un élément de rangement.

Lavabo sur colonne céramique
Lavabo sur demi-colonne céramique masquant le vidage d'écoulement
Lavabo céramique à fixation murale et encastrement du vidage d'écoulement pas un coffrage

Baignoire

Il en existe dans une vaste gamme de matériaux. L’acier émaillé ou la fonte sont des matériaux froids au toucher; plus économique à l’achat, l’acier s’écaille plus facilement que la fonte, plus lourde mais aussi plus onéreuse. Les matériaux composites, comme la résine de synthèse, plus léger, plus chauds mais aussi plus abordables, ont tendance se rayer plus facilement. A noter, les baignoires équipées d’un système de balnéothérapie et les modèles à ouverture latérale facilitant l’accès aux personnes âgées ou handicapées. 

Modèle de baignoire droite en résine acrylique et tablier d'habillage
Baignoire droite

De forme classique, ce modèle est souvent vendue avec une façade adaptée, dans le cas contraire, une façade en CTBX ou carreaux de plâtre revêtue d’une finition harmonisée à celle des murs pourra être installée.

 

Modèle de baignoire d'angle en résine acrylique et tablier d'habillage
Baignoire d’angle 

Une forme qui multiplie les options d’agencement de salle de bains. Certains modèles offrent un gain de place non négligeable et d’autres sont bien plus encombrants que des baignoires droites.

 

Modèle d'une baignoire fonte classique à pose libre
Baignoire à pose libre

Des modèles traditionnels montés sur pieds. Les baignoires en fonte à pattes de lion sont aujourd’hui considérées comme des antiquités. Les modèles contemporains sont parfois rehaussés de chromes décoratifs. 

Salle de bains intégrées

Les équipements sanitaires sont de plus en plus intégrés ou encastrés dans le mobilier de la salle de bains. Les éléments en kit sont assemblés comme ceux d’une cuisine.

Mobilier de salle de bains intégrant vasque et réservoir WC

 

Robinetterie

Le style d’une salle de bains dépend en partie de la robinetterie; vos options seront limitées par le nombre de sorties prévues pour chaque équipement. Certaines baignoires rendent la possibilité d’installer un modèle de robinet particulier.

 

Chauffage et ventilation

La salle de bains peut disposer d’un sèche-serviettes électrique ou d’un radiateur électrique d’appoint. Si la pièce est dépourvue de système de ventilation, prévoir un système VMC afin d’éviter l’apparition de moisissures et de taches d’humidité. De même, on utilisera une peinture antifongique.

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Cuisines
ARTICLE

Cuisines

CUISINES

Pièce stratégique de la maison, la cuisine exige une attention particulière pour réaliser un agencement alliant fonctionnalité et esthétique. La plupart se composent d’éléments prêts à assembler comme ceux présentés dans cet article. L’installation d’une cuisine peut entraîner des travaux mettant en cause la structure de l’habitation, la plomberie ou l’électricité. 

CUISINE INTEGREE

Un concept basé sur l’optimisation de l’espace. Les éléments associent fonctionnalité, ergonomie et esthétique. Nous proposons des caissons de tailles standards à habiller de façades de portes ou de tiroirs, de plans de travail, de supports d’éviers et d’accessoires déclinés en une large gamme de styles.

PLANS DE TRAVAIL

Les plans de travail standards se déclinent en éléments de 108 à 410 mm de long et de 20 à 40 mm d’épaisseur. Choisir un élément plus large que nécessaire sachant q’une partie sera découpée à l’installation. La gamme se décline en divers matériaux, bois massif, panneau de particules mélaminés, pierre naturelle ou imitation pierre, quartz, résine. Les plans de travail en bois massif ou mélaminé, comme certains modèles imitation pierre, sont généralement commercialisés en tailles standards, prêts à monter. Ceux en pierre naturelle, quartz ou résine, sont découpés par un granitier après que notre métreur ai relevé les cotes via télémètre numérique et ainsi les consigner sur un rapport de gabarit. Les plans de travail peuvent être carrelés; dans ce cas on utilise comme support un contre-plaqué ou un panneau MDF bénéficiant d’un traitement fongicide. Les crédences sont généralement revêtues de carreaux, d’acier inoxydable ou de verre.

4 modèles de plans de travail, pierre, bois, résine, mélaminé

ELEMENTS DE CUISINE

Les  cuisines intégrées sont agencées à partir d’éléments hauts à suspendre et d’éléments bas de rangement accueillant tablettes, portes, tiroirs  et divers accessoires. Les éléments proposés prêts à poser ou en kits, à assembler avant installation. Différents modèles de cuisines intégrées et d’agencements sont généralement exposés chez les revendeurs. Les prix varient en fonction du matériau choisi, de la taille de l’élément mais aussi de l’épaisseur des panneaux et caissons.

Elément bas sans porte de cuisine
Élément bas

Des modèles commercialisés en hauteurs et largeurs standards. La profondeur, de 500 à 650 mm, peut être minimisée afin de répondre à certaines exigences.

Elément haut sans porte de cuisine
Élément haut

Des modèles proposés en largeurs standards, coïncidant avec celles des éléments bas, dont les dimensions ne dépassent pas 810 mm de haut et 380 mm de profondeur.

 

 

ELEMENTS SEPARES

Nous proposons également des éléments séparés et modulables, susceptibles de compléter l’agencement existant en multipliant les espaces de rangement disponibles. Une option à ne pas négliger si vous disposez d’une pièce assez vaste pour accueillir en plus de la cuisine intégrée des éléments supplémentaires !

 

ÉVIERS ET APPAREILS ELECTROMENAGERS

Les appareils électroménagers – réfrigérateur, lave-linge, lave-vaisselle et table de cuisson – sont commercialisés en taille standards (500 à 600 mm de large et 820 à 880 mm de haut) de façon à les encastrer sans problème dans les cuisines classiques. Les appareils encastrés sont masqués par une porte coordonnée à la finition et au style des éléments; plan de cuisson et évier s’encastrent au plan de travail. Les fabricants proposent des modèles surdimensionnés pour les familles nombreuses ou sous-dimensionnés pour les petites cuisines. Innovation et astuces ne cessent d’améliorer cette gamme de produits qu’il convient de choisir sans précipitation.

Evier inox à encastrer, 1 bac, 1 demi bac et 1 égouttoir
Évier 

Les modèles traditionnels peuvent exiger un support maçonné. Ceux en Inox peuvent être posés sur un élément bas ou encastrés dans un plan de travail.

Table de cuisson

En version gaz ou électrique. Les modèles gaz sont souvent encastrés dans le plan de travail. Les tables de cuisson électriques disposent de plaques, foyers vitrocéramique ou à induction.

Hotte aspirante finition inox
Hotte aspirante

Design, puissance et fonctionnement différencient les modèles. On distingue les hottes à recirculation avec filtration et restitution d’air, des hottes à extraction expulsant l’air vicié vers l’extérieur.

Four à encastrer à deux compartiments, finition inox
Four

Appareil à encastrer dans un caisson spécial pour une cuisine intégrée, ainsi que les accessoires de fixation nécessaires. Modèle gaz, électriques, traditionnels ou multifonctions.

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Les cheminées
ARTICLE

Les cheminées

LES CHEMINÉES

En dehors de la fonction décorative, une cheminée en service offre une source de chaleur non négligeable. Le choix du combustible, bois, gaz, Ethanol ou électricité, dépendra de l’installation existant. Le montage d’un cheminée reste une affaire de spécialiste.

LES TYPES DE CHEMINEES

Les cheminées à foyer ouvert, conçues pour brûler du bois, peuvent se présenter sous deux formes. La plus élémentaire consiste en une simple ouverture à la base de la cheminée. De la forme du foyer, parfois équipé d’une plaque décorative ou contrecœur en fonte, dépend la qualité de la combustion. La gorge de l’avaloir entraîne une aspiration d’air frais qui entretient la combustion.  

Cheminée traditionnelle

Une simple ouverture d’âtre aux parois en brique ou en pierres, s’élevant jusqu’au conduit. L’ouverture de l’âtre peut être diminuée au niveau de la gorge, à l’endroit ou se raccorde le conduit.

Illustration d'une cheminée traditionnelle

 

Cheminée à foyer ouvert avec contrecœur

Le contrecœur en fond de foyer renvoie de la chaleur dans la pièce lorsque le feu est éteint. Réalisé en fonte, en brique réfractaire ou en béton, le contrecœur se présente en 2 parties ou plus, comprenant entre autres une table de registre. Les largeurs standards se situent entre 400 et 450 mm.

Illustration d'une cheminée à foyer ouvert avec contrecoeur

 

 

TYPES DE FOYERS

Le choix d’un foyer est lié au combustible utilisé, au mode de construction de la cheminée et à la présence ou non d’un conduit d’évacuation. Si vous ne disposez pas d’une cheminée, préférez une cheminée électrique ou encore un poêle ou un insert gaz à évacuation directe avec ventilation équilibrée ou mécanique.

Foyers ouverts à bois

Les flammes sont issues de combustion du bois. Les foyers les plus performants sont équipés d’une grille bûchère qui améliore la circulation de l’air. Le feu prend place dans l’âtre des cheminées à foyer ouvert, avec ou sans contrecœur. L’avaloir, monté au-dessus des foyers à faible tirage, dirige les gaz de combustion vers le conduit d’évacuation des fumées.

Poêles et inserts bois

Insert ou poêle à bois s’installent dans l’âtre de cheminées à foyer ouvert. Le poêle peut aussi être placé à l’avant de la dalle foyère. Le conduit ou carneau se raccorde directement au tube placé à l’intérieur du conduit d’évacuation de la cheminée ou à l’arrière d’une plaque de fermeture (registre) scellée à la base d’un conduit sans tubage.

Foyers à gaz

Inserts et poêles à gaz fonctionnent au gaz de ville ou au gaz en bouteille, selon le type de brûleurs dont ils sont équipés. Simples à installer et à utiliser, ces appareils sont généralement proposés avec une sortie de conduit faisant appel à un système de ventilation équilibrée ou mécanique ne nécessitant pas de conduit de cheminée. La gamme se décline en différents styles et modèles, imitant un feu de bois avec flammes virtuelles sur bûches ou galets.

Foyers électriques

Traditionnels, contemporains, à encastrer ou à poser, les foyers électriques à effet de flammes se présentent parfois comme de véritables cheminées avec contrecœur incorporé.

 

HABILLAGES ET FACADES DE FOYERS

L’habillage d’une cheminée traditionnelle présente un manteau, un fond d’âtre et une dalle foyère. Ces éléments peuvent être vendus séparément ou en kit. Tous les styles de matériaux sont présentés, du plus rustique au plus contemporain. La restauration d’un habillage d’époque permet de conserver tout son charme à une cheminée ancienne. Ainsi, les couches de peinture recouvrant un habillage en fonte pourront être décapées et les briques de l’âtre remplacées. L’installation d’un âtre complet reste un travail de professionnel ainsi que le remplacement de l’habillage pour une finition impeccable.

Poêle dans un âtre avec hotte métallique
Poêle dans un âtre 

Un poêle à feu continu peut être installé dans l’âtre d’une cheminée traditionnelle à foyer ouvert. Les portes du poêle peuvent généralement être ouvertes, à l’exception des modèles équipés d’un système de ventilation équilibrée. Les cendres devront être régulièrement retirées.

Foyer de cheminée traditionnel
Foyer traditionnel

Pierre, fonte ou bois restent les matériaux les plus utilisés pour habiller les cheminées traditionnelles. Les styles s’adaptent à toutes les configurations, quel que soit le type de combustible utilisé ou le type de conduit installé.

Foyer de cheminée encastré contemporain
Foyer contemporain

Les habillages contemporains au design épuré, faisant appel à des matériaux comme l’acier ou la fonte d’aluminium, permettent de restaurer une ancienne cheminée. Les modèles s’adaptent à toutes les configurations quel que soit le combustible utilisé ou le type de conduit installé.

Poêle à poser sans conduit
Poêle à poser

Une installation généralement réservée aux poêles présentant un design contemporain. Des modèles le plus souvent à gaz, sans conduit ou à évacuation directe avec ventilation équilibrée ou mécanique. Ce type de poêle peut être installé partout dans la maison, à condition d’être placé à proximité d’un mur.

Foyer de cheminée encastré moderne
Foyer encastré

Une solution gain de place concernant presque toutes les pièces de la maison, pour accueillir foyers électrique ou gaz à évacuation directe. Les foyers encastrés raccordés à un conduit de cheminée exigent une installation plus contraignante.

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Conduits, cheminées et foyers
ARTICLE

Conduits, cheminées et foyers

CONDUITS, CHEMINÉES ET FOYERS

L’achat ou la remise en état d’un foyer, d’un poêle ou d’une cheminée dépendent du dispositif d’évacuation des gaz ou des fumées existant. La réalisation d’un nouveau conduit peut devenir nécessaire, à moins que n’existe déjà un conduit chemisé ou à chemiser. Si le conduit existant est en bon état, le choix du type d’appareil à installer sera plus facile. A moins de disposer d’un système de ventilation équilibrée, le foyer devra bénéficier d’un apport d’air suffisant pour bien fonctionner. Pour condamner une cheminée, on optera pour l’obturation de l’âtre ou de démontage complet du manteau.

 

FOYER A GAZ ET REGLES DE SECURITE

Tous les foyers à gaz et les conditions d’évacuation doivent être installés par un technicien agréé. Faites réviser votre installation et vos appareils par un professionnel au moins une fois par an. Tous les foyers à gaz doivent être équipés d’un dispositif de contrôle d’évacuation interrompant le fonctionnement de l’appareil en cas de mauvais tirage, car en cas de déficience au niveau de l’évacuation des gaz de combustion ou d’élévation anormale du taux de monoxyde de carbone, le dispositif de contrôle coupera automatiquement l’arrivée du gaz au brûleur.

 

CONDUITS

Le feu génère des gaz de combustion expulsés vers l’extérieur à travers un conduit, les gaz expulsés doivent être remplacés par de l’air frais. Dans les anciennes maisons, le renouvellement de l’air vicié est assuré par les courants d’air liés à une absence d’isolation. Dans les habitations modernes, bénéficiant d’une bien meilleure isolation, la ventilation naturelle doit être assistée. Les conduits à ventilation équilibrée disposent d’une prise d’air intégrée, mais la ventilation peut aussi être assurée par des briques perforées ou des évents placés au niveau du vide sanitaire sous le plancher. En matière de foyer ou de cheminée, chaque modèle fait appel à une ventilation spécifique. Foyers et conduits exigent d’être inspectés régulièrement par un professionnel afin de garantir le bon fonctionnement et la sécurité de l’installation. 

Conduits sans cheminée

Les foyers avec conduit à évacuation direct ne se raccordent pas à un conduit de cheminée et certains ne disposent d’aucun conduit. Nous installerons le type de conduit adéquat selon le foyer sélectionné. On distingue les foyers à chaleur radiante des foyers à convection ou l’air frais se réchauffe au contact du foyer, provoquant des flux d’air chaud dans toute la pièce.   

Ventilation équilibrée

Une section de conduit horizontal (carneau) intégrée au foyer traverse le mur à l’horizontale. Le conduit aspire l’air frais et rejette les gaz de combustion. La ventilation équilibrée est utilisée avec les foyers fermés isolés de l’air ambiant par une porte vitrée.

Schéma de principe d'une ventilation équilibrée de cheminée
Ventilation mécanique assistée

Un ventilateur placé à l’extrémité du conduit expulse les gaz de combustion vers l’extérieur. Ce type de conduit peut être prolongé, ce qui permet d’installer l’appareil n’importe ou dans la maison. Une alimentation électrique est indispensable au fonctionnement du ventilateur.

Schéma de principe d'une ventilation mécanique assistée de cheminée
Foyer sans conduit de fumée

Les gaz de combustion sont nettoyés par un convertisseur catalytique et libérés dans la pièce sans aucune déperdition de chaleur. Ce type de foyer doit obligatoirement être installé dans une pièce au volume suffisant.

Schéma de principe d'un foyer de cheminée sans conduit de fumée

 

Conduits de cheminée

Les conduits de cheminées sont formés de boisseaux de section rectangulaire ou carré. Les parois intérieurs des boisseaux bénéficient d’un chemisage ou reçoivent un enduit spécial, compatible avec tous les types de produits de combustion. Un conduit de fumée non chemisé, source de condensation et d’encrassement, pourra être tubé grâce au raccordement de conduits métalliques polycombustibles ou d’éléments en béton.

Conduits de cheminée en terre cuite et métallique
Conduit de cheminée maçonné

Un conduit traditionnel en boisseaux de terre cuite est adapté à tous les types de combustibles.

Conduit de cheminée chemisé

Un conduit de fumée chemisé à l’aide de tubes métalliques rigides ou d’éléments en béton.

 

ABAT-VENT DE CHEMINEE

Un abat-vent ou capuchon de cheminée coiffe la sortie de toit du conduit de fumée, d’ou s’échappent les gaz de combustion se dispersant dans l’air. L’abat-vent améliore le tirage et évite que la pluie ou les oiseaux ne pénètrent dans le conduit. En présence de l’humidité au niveau de la cheminée, l’état du solin et des joints de mortiers de la souche devra être vérifié. 

Abat-vent classique sur mitron de conduit de cheminée
Abat-vent aspire fumée statique sur mitron de conduit de cheminée
Abat-vent aspire fumée dynamique sur mitron de conduit de cheminée
Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Les fenêtres
ARTICLE

Les fenêtres

LES FENÊTRES

Formes et dimensions, types d’ouverture, mécanismes et structures, mais aussi vitrages permettent de différencier les modèles de fenêtres. Vous trouverez dans cet article des informations pour rénover ou remplacer une fenêtre.

TYPES DE FENÊTRES

On distingue généralement six grands types de fenêtres, classés en fonction de leur mode et de leur mécanisme d’ouverture. La fenêtre à la française et la fenêtre coulissante comptent parmi les modèles les plus classiques. Les autres produits de la gamme font appel à des mécanismes à pivot ou à friction. Matériaux, formes et tailles des produits de la gamme varient considérablement d’un modèle à l’autre.

 

Anatomie d’une fenêtre

Une fenêtre est un élément de construction qui, quel que soit le matériau qui la compose, se présente toujours sous la forme d’un bâti ou dormant constituant un cadre fixe sur lequel sont montés des battants mobiles. Les battants s’articulent sur des ferrures qui regroupent l’ensemble des pièces ou du mécanisme qui concourent à assurer la liaison entre les éléments fixes et mobiles. Le plus souvent les ferrures de fenêtres se présentent sous la forme de paumelles qui assurent la rotation du battant. Le battant lui-même est formé de traverses horizontales et de montants verticaux qui maintiennent le vitrage. Ce dernier est parfois divisé par des éléments décoratifs horizontaux et verticaux référencés sous le terme de petit-bois.

Anatomie d'une fenêtre à ouverture à la française

 

CHOISIR UNE FENÊTRE

Si le choix d’une fenêtre est avant tout guidé par l’esthétique et le style de vos façades, différents autres critères devront être pris en compte, comme l’éclairage ou la ventilation souhaitée dans chaque pièce. L’orientation des ouvertures de la maison déterminera la qualité et l’épaisseur des vitrages, sachant qu’une façade exposée nord-est exigera un verre à haut rendement énergétique. Dans un environnement très sonore, le double vitrage, voire le triple, s’imposera. Enfin, sachez que chaque matériau offre, en dehors des qualités esthétiques, des performances différentes en matière d’étanchéité, d’isolation acoustique et thermique, de résistance mais aussi d’entretien.

Types d’ouvertures

Si l’ouverture dite à la française reste un classique du genre, l’ouverture coulissante ne cesse de gagner en popularité. Chaque type d’ouverture est décliné en modèles de différentes formes, tailles et matériaux. En règle générale, fenêtres basculantes ou oscillo-battantes équipent de préférence salle de bains et cuisine.

Illustration d'une fenêtre à ouverture à la française

Ouverture à la française

Un modèle classique,  le plus souvent à deux battants, à  ouverture vers l’intérieur selon un axe vertical.

Illustration d'une fenêtre à ouverture à soufflet

 

Ouverture à soufflet

Un modèle à ouverture vers l’intérieur. L’axe d’ouverture est horizontal, au niveau de la traverse.

Illustration d'une fenêtre à ouverture basculante

Ouverture basculante

Un modèle qui s’ouvre à demi vers l’intérieur et à demi vers l’extérieur. L’axe d’ouverture est horizontal, sur la médiane de la fenêtre. Encombrant en position ouverte, ce type de fenêtre assure une excellente aération.

Illustration d'une fenêtre à ouverture à l'italienne

Ouverture à l’italienne

Un modèle à projection qui s’ouvre vers l’extérieur. L’axe d’ouverture est horizontal, au niveau de la traverse haute du châssis. Avantage: peu encombrant quand il est ouvert,il permet d’aérer en tout temps.

 

MÉCANISMES D’OUVERTURE

Les mécanismes et ferrures assurant l’ouverture d’une fenêtre différent selon son mode d’ouverture. Le sens d’ouverture d’une fenêtre détermine son encombrement. Certains modèles dits oscillo-battants cumulent ouverture à la française et ouverture à soufflet selon la manœuvre opérée sur la poignée. Mécanismes et ferrures de fenêtres ne peuvent en règle générale être remplacés par des modèles de type différent.

Illustration d'une fenêtre à mécanisme d'ouverture par paumelles

Paumelles

Ce type de ferrure équipe les fenêtres et portes-fenêtres à ouverture à la française. Le montage des paumelles est réalisé parr vissage des lames au niveau des montants du dormants et de l’ouvrant.

 

Illustration d'une fenêtre à mécanisme d'ouverture par contrepoids

Contrepoids

Un mécanisme qui équipe en priorité le fenêtres à guillotine munies d’un ouvrant qui glisse verticalement sur des glissières fixées le long des montants du dormant.

 

Illustration d'une fenêtre à mécanisme d'ouverture par pivots

Pivots

Les fenêtres basculantes sont articulées à mi-hauteur par des pivots assurant la liaison entre le dormant et l’ouvrant. Un dispositif de freinage maintien l’ouvrant selon différentes inclinaisons.

Illustration d'une fenêtre à mécanisme d'ouverture par compas

Compas

Un mécanisme d’ouverture spécialement conçu pour les fenêtres à l’italienne. Les compas sont vissés en partie haute, de chaque côté de l’ouvrant et du dormant.

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Les types de fenêtres
ARTICLE

Les types de fenêtres

LES TYPES DE FENÊTRES

En matière de fenêtres, le choix des matériaux dépend en grande partie du style de votre maison et de vos goûts personnels. La gamme se décline en différents matériaux présentant chacun des qualités particulières en termes d’esthétique et d’entretien.

Bois

Un matériau traditionnel décliné en différentes essences, apprécié pour sa chaleur et ses performances naturelles. La pose de joints de calfeutrage au niveau des bâtis bois est indispensable pour améliorer l’isolation de votre intérieur. La résistance des essences nobles comme le chêne justifie leur coût d’achat élevé ; un investissement largement compensé par le peu d’entretien exigé, à savoir une simple protection à base d’huile avant application d’une finition, peinture ou teinte bois naturel. Les bois tendres comme le pin, moins onéreux mais plus fragiles, requièrent quant à eux un entretien plus régulier.

Menuiseries mixtes

Ce type de menuiseries associe les performances de deux matériaux différents, généralement l’aluminium et le bois. L’objectif vise à tirer le meilleur parti des qualités propres à chaque matériau pour obtenir un cadre et un châssis durables, solides et offrant un bon rendement thermique, tout en étant faciles d’entretien. La fenêtre présente une face extérieure en aluminium prélaqué et une face bois côté intérieur.

PVC

Matériau de choix des fenêtres à double vitrage, plus performantes en matière d’isolation thermique et acoustique, le PVC séduit par sa résistance et le peu d’entretien qu’il exige. Autrefois systématiquement blanches, les fenêtres PVC sont aujourd’hui proposées en couleurs vives ou pastel.

Métal

Aluminium et acier ont pour avantages de résister au gauchissement et de supporter des vitrages de grandes dimensions. L’acier bénéficie quant à lui d’un traitement contre l’oxydation. Seul point faible de ce type de matériaux, leur faible performance en matière d’isolation thermique et leur tendance à la condensation.

 

Formes et fenêtres

En dehors des formes classiques rectangulaires et carrées, les fenêtres peuvent adopter bien d’autres profils – ovale, oeil-de-bœuf, triangle, trapèze, plein cintre, anse de panier, etc. – selon le style architectural de la maison. Chacune de ces formes peut être déclinée en différentes versions – fixe ou à ouverture à la française – matériaux et vitrages.

Croisillons ou petits-bois

Les croisillons sont des éléments décoratifs constitués de petits-bois horizontaux et verticaux qui divisent la surface vitrée d’une  fenêtre. Utilisés en rénovation comme en construction neuve, les petits-bois peuvent être intégrés dans un double vitrage, rapportés par collage ou clippage ou encore se présenter sous forme d’un panneau mobile articulé au niveau du cadre des ouvrants.

Fenêtre à châssis bois cintrée blanche et petits-bois collés sur les deux faces du vitrage
Fenêtre circulaire blanche à petits-bois clippés sur la partie extérieure du vitrage

 

PORTES-FENETRES ET BAIES VITREES

Un élément de menuiserie spécialement étudié pour illuminer votre intérieur en assurant une ouverture maximale sur votre terrasse ou votre jardin. La porte-fenêtre traditionnelle bois à ouverture à la française cède aujourd’hui le pas aux baies vitrées aluminium ou PVC à 2, 3 ou 4 vantaux coulissants, équipés de système de fermeture multipoints et de vitrages retardateurs d’effractions à haute isolation thermique et acoustique.

Porte fenêtre bois comprenant deux vantaux avec double-vitrages et petits-bois

 

MODELES DE PORTES-FENETRES 

Porte fenêtre bois deux vantaux battants à poignée béquille centrée
Porte fenêtre bois coulissante à poignée de tirage latérale
Porte fenêtre à la française

Un modèle traditionnel décliné en différents matériaux, à 2 ou 3 vantaux articulés sur paumelles. Généralement équipé d’un système de fermeture par crémone en applique ou encastrée, avec poignée béquille centrée. Possibilité d’inclure une trame petits-bois dans le vitrage. 

Porte-fenêtre coulissante

Une solution gain de place avec possibilité d’ouverture totale du vantail par coulissement sur deux rails au moyen d’une simple poignée de tirage. La porte-fenêtre peut présenter de 1 à 4 vantaux. A noter, les modèles à galandage permettant de dissimuler les vantaux dans les murs. 

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Le doublage
ARTICLE

Le doublage

LE DOUBLAGE

Les différentes pertes d'énergie d'une maison non isolée

Les systèmes de doublage permettent d’assurer l’isolation thermique et également l’isolation acoustique d’un logement.

Pour doubler et isoler vos murs par l’intérieur, vous devrez choisir entre trois techniques, le montage avec ossature, le panneau complexe collé ou la contre-cloison maçonnée. Le choix vous sera en partie dicté par un bon diagnostic de l’existant mais aussi par vos besoins. Car connaître les avantages et les inconvénients de chacune de ces techniques va vous permettre d’opter pour la solution la mieux adaptée à votre projet. Pour le choix des matériaux, c’est en fonction des performances souhaitées, de votre budget et de la solution technique retenue que vous vous déciderez.

 

LE DOUBLAGE COLLE

Schéma de principe d'un doublage collé

La rénovation de son intérieur par la mise en place de  doublage collé est une solution d’isolation des murs par l’intérieur, constituée de plaque de plâtre et d’un isolant en polystyrène expansé (PSE) 100 % recyclable. Sa performance thermique permet de réduire la consommation énergétique du foyer. Il existe des doublages dotés de caractéristiques spécifiques pour chacun de vos besoins : Doublissimo® Perfomance pour l’isolation acoustique, Placomur® DuoPass Marine pour les pièces humides, c’est important à savoir lorsque l’on se demande quelle colle choisir pour coller une plaque de plâtre Placo®.

Le doublage collé est la solution parfaite pour choisir quelle colle pour coller une plaque de plâtre Placo® ainsi que pour isoler un mur régulier. Le mur doit être sain, sec, dépoussiéré et sans trace de graisse. Le faux aplomb ou les irrégularités de la paroi ne doivent pas dépasser 15 millimètres. Au-delà de cette épaisseur, la paroi est considérée comme irrégulière et doit alors bénéficier du système de doublage Placostil®.

 

LE DOUBLAGE SUR OSSATURE METALLIQUE

Schéma de principe d'un doublage sur ossature métallique

Applicable dans tous les cas de figure, c’est la solution la plus efficace pour éviter les ponts thermiques, grâceà un passage des réseaux électriques et des tuyauteries facilité. Cette technique s’impose si le mur est dégradé ou présente un faux aplomb. L’ossature se compose de lisses horizontales fixées au sol et au plafond, de fourrures verticales et horizontales et d’accessoires rupteurs de ponts thermiques, sur lesquels l’isolant est embroché.

 

LA CONTRE-CLOISON MACONNEE

Schéma de principe d'une contre-cloison maçonnée
Pour ceux qui préfèrent les travaux de maçonnerie et les finitions à base d’enduit, il existe une troisième solution: doubler le mur à l’aide d’une contre-cloison maçonnée d’une épaisseur de 5 cm emprisonnant l’isolant. Le prix de revient de cette solution est, quant à lui, plus élevé que les autres doublages.

 

  

RESUME

LES POINTS FORTS

L’isolant, sain et propre, offre l’avantage d’être léger et facile à mettre en œuvre.

Il existe en différentes épaisseurs pour atteindre le niveau de résistance thermique R recommandé.

Les dimensions des panneaux sont étudiées pour être posés sans raccord horizontal et pour réduire au minimum les joints et les risques de ponts thermiques.

LES POINTS FAIBLES
Réduction de la surface habitable, un inconvenant non négligeable vu le prix du mètre carré élevé dans certaines villes.
 
 
Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Le chauffage électrique
ARTICLE

Le chauffage électrique

LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE

Contrairement à une idée reçue, le confort thermique ne dépend pas uniquement de la température d’une pièce, il y a d’autres paramètres que s’ils ne sont pas respectés, peuvent êtres une source d’un inconfort.

On considère qu’en hiver il faut une température entre 19° et 20° pour se sentir bien dans une habitation.

Pour que cela soit confortable, il faut que la température soit bien stable, autrement dit, qu’elle ne joue pas au yoyo, il faut aussi qu’elle soit homogène partout dans la pièce de l’habitation, il faut veiller à ce que les parois ne soient pas trop froides, ces phénomènes peuvent êtres une source d’inconfort.

Pour qu’un système soit optimal, il faut qu’il puisse chauffer l’air ambiant, les parois et les occupants de la maison.

Il faut aussi minimiser les mouvements d’air et veiller à la qualité de ce dernier.

Pour que l’air soit agréable à respirer, on recommande un taux d’hygrométrie entre 40% et 60% réparti de façon homogène dans les pièces de l’habitation.

Certain système de chauffage électrique peuvent déséquilibrer ce taux en rendant l’air plus sec à certains endroits et plus humide dans d’autres.

C’est donc en jouant avec tous ces paramètres, la stabilité et l’homogénéité de la température, le taux d’hygrométrie et les mouvements d’air qu’on peut arriver à un confort thermique satisfaisant.

Les systèmes de chauffage sont importants pour arriver à ce confort thermique, mais l’isolation du logement l’est tout autant, parfois des travaux d’isolations suffisent pour améliorer le confort thermique et dans tous les cas, une étude doit être faite avant de rénover son système de chauffage.

Il y a principalement trois systèmes de chauffage électriques;

 

Le convecteur

Illustration d'un radiateur électrique à convection

Premier système de chauffage électrique qui à vu le jour dans les années 70, il fonctionne selon le principe physique de la convection.

Il est équipé d’une résistance à l’intérieur d’un caisson métallique, au contact de cette résistance, l’air se réchauffe, étant moins dense que l’air froid il s’élève et s’échappe par le haut de l’appareil, tandis que l’air ambiant plus frais vient prendre sa place et ainsi de suite d’où le mouvement de convection.

Ce système de chauffage est loin d’être parfait, la température de la résistance grimpe jusqu’à 300°, l’air chaud qui s’échappe de l’appareil atteint facilement 100°, la température dans la pièce est stratifiée, plus chaude en hauteur de la pièce et de moins en moins chaud vers le bas, le taux d’hygrométrie se stratifie également, l’air est plus sec vers le haut et plus humide vers le bas.

 

Panneau rayonnant ou radian

Illustration d'un radiateur électrique à panneau rayonnant ou radian

Qui associe à la convection un autre phénomène physique de transfert de chaleur : le rayonnement.

Tel le soleil qui nous réchauffe par rayonnement infrarouge, rayon invisible à l’œil nue.

La résistance électrique placée à l’intérieur,  chauffe une plaque qui va rayonner à son tour, ces rayons passent à travers de petits trous de la grille de façade qui permettent de chauffer les surfaces à l’intérieur de la pièce.

Ce système produit beaucoup de chaleur à proximité, dans les premiers mètres et provoque une stratification de température et d’hygrométrie dans la pièce.

 

Radiateur à chaleur douce ou à inertie

Illustration d'un radiateur électrique à chaleur douce ou à inertie

Diffuse une chaleur douce qui évite la variation de température dans la pièce.

Le radiateur à inertie restitue de la chaleur emmagasinée de façon régulière qui donne un confort thermique régulier.

Deux types de radiateurs à inertie existent :

Radiateur à fluide caloporteur, qui contient un fluide, de l’eau mélangé à de l’antigel ou de l’huile, qui monte en température par une résistance électrique. Le corps du radiateur quant à lui est fait de fonte, aluminium, céramique ou acier. Ils sont installés individuellement et peuvent être couplés à une installation domotique.

Radiateur à double corps de chauffe, système commandé électroniquement qui peut fonctionner indépendamment, un film de chauffe en façade et un corps de chauffe en fonte à l’arrière.

Les radiateurs d’inertie sont ceux qui donnent le plus grand confort thermique parmi les systèmes de chauffages électriques, ils sont aussi performant voir plus que le système de chauffage central car l’utilisateur peut choisir la température de chaque pièce en fonction de ses besoins.

La technologie vient renforcer ce système et qu’on appellera radiateur thermostatique qui permet de régler précisément la température, moyen intéressent dans la mesure où un réglage de la température d’un degré en moins permet d’économiser 7% sur sa facture d’énergie.

Certaines versions de radiateur thermostatique permettent la détection de chute de température brutale dans une pièce provoquée par une ouverture de porte ou d’une fenêtre par exemple, provoquera un arrêt ou un fonctionnement au ralenti du radiateur.

La montée en gamme permet de trouver des radiateurs équipés de détecteurs de présence, ce dispositif s’adapte au rythme de vie de la maison, si une pièce est occupée le radiateur chauffe en mode confort, en revanche si elle est inoccupée pendant un moment, le radiateur baisse en température de façon progressive.

Il existe sur le marché plusieurs modèles et design, avec des puissances différentes allant de 500 watts à 2000 watts pour s’adapter la superficie des pièces à chauffer.

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Fermer le menu
Aller à la barre d’outils