Cuisines
ARTICLE

Cuisines

CUISINES

Pièce stratégique de la maison, la cuisine exige une attention particulière pour réaliser un agencement alliant fonctionnalité et esthétique. La plupart se composent d’éléments prêts à assembler comme ceux présentés dans cet article. L’installation d’une cuisine peut entraîner des travaux mettant en cause la structure de l’habitation, la plomberie ou l’électricité. 

CUISINE INTEGREE

Un concept basé sur l’optimisation de l’espace. Les éléments associent fonctionnalité, ergonomie et esthétique. Nous proposons des caissons de tailles standards à habiller de façades de portes ou de tiroirs, de plans de travail, de supports d’éviers et d’accessoires déclinés en une large gamme de styles.

PLANS DE TRAVAIL

Les plans de travail standards se déclinent en éléments de 108 à 410 mm de long et de 20 à 40 mm d’épaisseur. Choisir un élément plus large que nécessaire sachant q’une partie sera découpée à l’installation. La gamme se décline en divers matériaux, bois massif, panneau de particules mélaminés, pierre naturelle ou imitation pierre, quartz, résine. Les plans de travail en bois massif ou mélaminé, comme certains modèles imitation pierre, sont généralement commercialisés en tailles standards, prêts à monter. Ceux en pierre naturelle, quartz ou résine, sont découpés par un granitier après que notre métreur ai relevé les cotes via télémètre numérique et ainsi les consigner sur un rapport de gabarit. Les plans de travail peuvent être carrelés; dans ce cas on utilise comme support un contre-plaqué ou un panneau MDF bénéficiant d’un traitement fongicide. Les crédences sont généralement revêtues de carreaux, d’acier inoxydable ou de verre.

4 modèles de plans de travail, pierre, bois, résine, mélaminé

ELEMENTS DE CUISINE

Les  cuisines intégrées sont agencées à partir d’éléments hauts à suspendre et d’éléments bas de rangement accueillant tablettes, portes, tiroirs  et divers accessoires. Les éléments proposés prêts à poser ou en kits, à assembler avant installation. Différents modèles de cuisines intégrées et d’agencements sont généralement exposés chez les revendeurs. Les prix varient en fonction du matériau choisi, de la taille de l’élément mais aussi de l’épaisseur des panneaux et caissons.

Elément bas sans porte de cuisine
Élément bas

Des modèles commercialisés en hauteurs et largeurs standards. La profondeur, de 500 à 650 mm, peut être minimisée afin de répondre à certaines exigences.

Elément haut sans porte de cuisine
Élément haut

Des modèles proposés en largeurs standards, coïncidant avec celles des éléments bas, dont les dimensions ne dépassent pas 810 mm de haut et 380 mm de profondeur.

 

 

ELEMENTS SEPARES

Nous proposons également des éléments séparés et modulables, susceptibles de compléter l’agencement existant en multipliant les espaces de rangement disponibles. Une option à ne pas négliger si vous disposez d’une pièce assez vaste pour accueillir en plus de la cuisine intégrée des éléments supplémentaires !

 

ÉVIERS ET APPAREILS ELECTROMENAGERS

Les appareils électroménagers – réfrigérateur, lave-linge, lave-vaisselle et table de cuisson – sont commercialisés en taille standards (500 à 600 mm de large et 820 à 880 mm de haut) de façon à les encastrer sans problème dans les cuisines classiques. Les appareils encastrés sont masqués par une porte coordonnée à la finition et au style des éléments; plan de cuisson et évier s’encastrent au plan de travail. Les fabricants proposent des modèles surdimensionnés pour les familles nombreuses ou sous-dimensionnés pour les petites cuisines. Innovation et astuces ne cessent d’améliorer cette gamme de produits qu’il convient de choisir sans précipitation.

Evier inox à encastrer, 1 bac, 1 demi bac et 1 égouttoir
Évier 

Les modèles traditionnels peuvent exiger un support maçonné. Ceux en Inox peuvent être posés sur un élément bas ou encastrés dans un plan de travail.

Table de cuisson

En version gaz ou électrique. Les modèles gaz sont souvent encastrés dans le plan de travail. Les tables de cuisson électriques disposent de plaques, foyers vitrocéramique ou à induction.

Hotte aspirante finition inox
Hotte aspirante

Design, puissance et fonctionnement différencient les modèles. On distingue les hottes à recirculation avec filtration et restitution d’air, des hottes à extraction expulsant l’air vicié vers l’extérieur.

Four à encastrer à deux compartiments, finition inox
Four

Appareil à encastrer dans un caisson spécial pour une cuisine intégrée, ainsi que les accessoires de fixation nécessaires. Modèle gaz, électriques, traditionnels ou multifonctions.

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Menuiserie de finition
ARTICLE

Menuiserie de finition

MENUISERIE DE FINITION

Les moulures en bois contribuent à la réalisation de finitions décoratives. Si les plinthes et cadrages de porte comptent parmi les moulures les plus sollicitées, d’autres éléments permettent de parfaire l’encadrement de placards et d’étagères ou encore d’habiller pans de murs et panneaux de porte. Cet article détaille différents types de moulures et techniques de pose.

TYPES DE MOULURES

Les moulures en bois brut exigent après pose l’application d’une peinture ou d’une finition bois naturel. Certaines moulures, comme et plinthes ou les cadrages, bénéficient déjà d’une finition coordonnée à celle du panneau de porte . Synonymes de gain de temps, les moulures préfinies requièrent une pose minutieuse.

 

MOULURES EN BOIS DECORATIVES

Ces moulures contribuent à souligner certains éléments d’une pièce. Moulures à profil quart-de-rond ou scotie sont souvent utilisées pour masquer la jonction entre murs et planchers bois. Plinthes et cadrage sont quant à eux déclinés en une large gamme de profils. Moulures en bois dur et en bois tendre font souvent l’objet de profils plus détaillés. La sélection présentée ci-contre regroupe les profils les plus représentatifs de la gamme. Certains fabricants proposent des produits plus sophistiqués encore afin de répondre aux exigences les plus pointues en matière de décoration.

 

Cimaise et corniche décoratives

Une cimaise peut jouer un rôle décoratif (rupture de l’uniformité d’un pan de mur) ou pratique (suspension de cadres ou protection d’un mur contre les marques causées par les dossiers de chaise). Les corniches en bois, proposées en deux sections à assembler, sont utilisées comme leurs homologues en plâtre. Le MDF ou le polyuréthane peuvent se substituer au bois.

 

Cimaise et corniches décoratives en bois
Assortiment de moulures décoratives en bois
Rosettes décoratives

Les sections de cadrages sont généralement assemblées en onglet au sommet de la porte et aboutées à la plinthe à la base de la porte. L’utilisation de rosettes décoratives permet de donner plus de cachet à un encadrement de porte.

Rosettes décoratives en bois
Rosette de cadrage de porte

Déclinées en différents motifs. L’assemblage abouté du jambage et de la traverse du cadrage est un classique du genre.

Rosette de plinthe

Une rosette aboutée à la plinthe et à la base du jambage du cadrage, en pied de porte.

 

PLINTHES MDF

Différentes de celles en bois massif, les plinthes MDF bénéficient généralement d’un apprêt et d’un traitement antifongique. Souples, flexibles et ne présentant aucun nœud, à la différence du bois, les plinthes MDF s’avèrent plus faciles à poser le long de murs au profil inégal. La plinthe épousant parfaitement le support, il devient dès lors de combler l’intervalle la séparant du mur. 

Plinthes blanches moulurées en MDF traité antifongique

 

PLINTHES ET CADRAGES

Les plinthes se posent à la jonction des murs et du plancher. Les cadrages qui dissimulent la jonction entre murs et dormants d’une porte sont souvent plus étroits que la plinthe qui leur est associée. Ainsi une plinthe de 100 mm sera accompagnée d’un cadrage de 50 mm de large.

Plinthes et cadrages bois de porte
Cadrages et plinthes en bois
Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Structure d’une toiture
ARTICLE

Structure d’une toiture

STRUCTURE D'UNE TOITURE

Inutile de procéder à la moindre intervention sur une toiture sans un minimum de connaissances en matière de charpente et de couverture. La structure varie selon la forme et l’état du toit mais aussi selon les matériaux de couverture utilisés et la présence ou non de combles sous la toiture. Si toutes les toitures ne regroupent pas l’ensemble des éléments présentés ici, le principe de construction des toits en pente repose toujours, à quelques variantes près, sur les mêmes bases.

TUILES ET AUTRES MATERIAUX DE COUVERTURE

La plupart des toits sont recouverts de tuiles ou de matériaux similaires assurant l’étanchéité de la toiture.

LITEAUX

Ces pièces de bois servent à fixer les tuiles et l’écran de sous-toiture. Régulièrement espacés, les linteaux facilitent la pose des rangées de tuiles par recouvrement. La valeur d’écartement est calculée selon la pente du toit, la nature des tuiles, leur mode de fixation et la localisation du bâtiment à couvrir. Lorsque le toit fais l’objet d’un panneautage, des contres-liteaux de ventilation rehaussent les liteaux horizontaux. La pose de bardeaux d’asphalte s’effectue sans liteaunage préalable.

 

FEUTRE DE SOUS-TOITURE

Un écran souple de sous-toiture à base de feutre bitumeux est placé sous les tuiles comme pare-vapeur. Cette sous-couche isolante, fortement recommandée est posée en bandes horizontales chevauchantes sur les panneaux de sous-couverture ou à même les chevrons.

PANNEAUTAGE

Certaines toitures présentent une sous-couverture rigide faite de panneaux isolants en fibre de bois fixés sur les chevrons. Cette technique est souvent utilisée sur les toits de faible pente.

BOIS DE COUVERTURE

Les matériaux de couverture sont fixés sur des bois de charpente. Les bois existants devront parfois être rénovés et traités; seul les bois pourris seront remplacés. Tous les bois de couverture, bruts de sciage ou rabotés doivent faire l’objet d’un traitement fongicide et insecticide.

FIXATION DE TUILES

Tuiles et bardeaux sont posés par simple ou double recouvrement. Les tuiles à simple recouvrement ont un dispositif d’emboîtement à nervures et cannelures. La pose de tuiles plates, d’ardoises et de bardeaux de bois demande un recouvrement à double superposition.

Simple recouvrement

Une technique de couverture sur liteaux ou contre-liteaux. Chaque rangée de tuiles déborde sur la rangée alignée en dessous. Avec des tuiles plates les joints peuvent être alternés. Avec certaines tuiles, ils sont alignés pour créer des noues rectilignes.

Schéma d'une toiture illustrant une charpente et couverture en ardoise à joints alternés

Recouvrement à double superposition

une technique de couverture sur liteaux ou contre-liteaux. Chaque rangée de tuiles recouvre la rangée en dessous d’environ la hauteur d’une demi-tuile afin d’éviter toute infiltration d’eau sous la toiture. Au niveau de la dernière rangée, les tuiles non apparentes sont découpées pour conserver une étanchéité sur l’ensemble de la couverture.

Schéma d'une toiture illustrant une charpente et couverture en ardoise à double superposition

SOLIN

A la jonction d’un appentis avec un mur, la pose d’un solin assure l’étanchéité de l’aboutement. Le solin fait appel à différents matériaux, comme le zinc, l’étain ou le polyester armé de fibre de verre. Sa pose exige la réalisation d’une saignée dans laquelle vient s’encastrer le solin, maintenu par des pattes de fixation puis scellé au mortier ou au mastic bitumeux. La pose d’un solin à la jonction d’un versant de toiture et d’un mur ou d’une souche de cheminée apparaît légèrement plus complexe. Plusieurs bandes d’étanchéité sont superposées au niveau des joints. Sur les toitures plates, le solin se présente sous une forme différente.

croquis d'abergement de souche de cheminée
Abergement de souche de cheminée

Des noquets en zinc couvrent les joints entre la souche de cheminée et le versant du toit. Les noquets sont recouverts d’un coté par les bords de tuiles et de l’autre de zinc. Une jupe de zinc complète l’abergement à l’avant de la souche.

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Les revêtements de murs extérieurs
ARTICLE

Les revêtements de murs extérieurs

LES REVÊTEMENTS DE MURS EXTÉRIEURS

Un mur extérieur peut présenter des qualités décoratives liées à la nature des matériaux qui le composent, mais le recours à un crépi se révèle indispensable pour étancher la surface et jouer un rôle de finition. Un mur de briques est à la fois fonctionnel et décoratif, mais un mur en parpaings exige d’être recouvert d’une couche de parement ou d’un bardage. Si, pour la majorité des propriétaires, crépi et techniques d’enduction sont synonymes de restauration, il apparaît pourtant essentiel de maîtriser ces notions si l’on souhaite un jour assortir le parement de sa maison à celui d’une extension, ou rénover toute une façade.

CREPIS

Directement applicable sur les parpaings ou les briques, voire sur les grillages métalliques destinés à renforcer l’adhérence de l’enduit, le crépi protège le mur d’une finition à la fois décorative et étanche. La couche de parement peut être texturée de multiples façons et faire l’objet de traitements spéciaux afin de renforcer, par exemple, ses qualités hydrofuges ou encore servir de base à l’application d’une peinture de finition pour murs extérieurs. Vous pourrez envisager toutes les options possibles avec un professionnel qui vous conseillera sur toutes les mesures à mettre en oeuvre pour étancher les murs si nécessaire.

Question de règlement

Un ravalement de façade ou la modification d’un crépi extérieur exige le dépôt d’une déclaration de travaux en mairie. L’autorisation accordée sera accompagnée de prescriptions particulières, concernant les couleurs ou encore les techniques à respecter. Dans le cas de proximité de monument historique ou d’une zone protégée, cette autorisation sera visée par l’architecte des bâtiments de France. Dans les lotissements, ces contraintes peuvent être retenues dans le cahier des charges.

 

BARDAGE

Le bardage ou couverture en façade, concerne principalement les maisons à murs extérieurs creux et à ossature bois, même si l’on retrouve parfois les bardeaux de bois en couverture de murs maçonnés. certaines façades sont ainsi particulièrement revêtues de bardeaux, posés à l’horizontale ou à la verticale, positionnement à privilégier en raison d’un meilleur écoulement des eaux de pluie. Outre son aspect décoratif, le bardage est un revêtement particulièrement isolant, d’ou son succès. Les bardeaux ou clins sont généralement en bois, parfois en fibres ciment, en PVC ou en métal. Ces derniers plus faciles d’entretien que le bois, peuvent être peints. Les bardeaux métalliques se fixent généralement aux murs à l’aide d’attaches et de profilés spéciaux fournis avec le produit. En cas de bardage, la pose d’un pare-pluie ou pare-vapeur, évitant à l’eau de pénétrer dans le mur mais laissant s’échapper la vapeur, est absolument indispensable, une série de liteaux fixent le pare-pluie ou le pare-vapeur au mur et servent de supports d’ancrage aux vis ou aux clous utilisés pour fixer les clins.

Pose de clins

Les clins horizontaux sont fixés sur des liteaux verticaux afin de créer une lame d’air entre le mur et le revêtement. 

Certains fabricants proposent des bardages intégrant des couches de matériau isolant. L’avis d’un spécialiste est nécessaire afin d’éviter tous les problèmes de condensation liés à une mauvaise isolation.

Illustration d'un mur extérieur recouvert de clins bois à recouvrement
Illustration d'un mur extérieur recouvert de clins bois à rainure et languette
Illustration d'un mur extérieur recouvert de clins bois à embrèvement
Illustration d'un mur extérieur recouvert de bardeaux en bois sciés
Illustration d'un mur extérieur recouvert de clins en fibres ciment
Illustration d'un mur extérieur recouvert de bardeaux en terre cuite
 

Solutions écologiques pour le bardage

Pensez aux solutions « vertes » en choisissant votre bois de bardages pour les murs extérieurs. Optez si possible pour le bois de récupération ou bien assurez-vous que le bois neuf du fournisseur provient bien de forêts à gestion durable. Le bardage en aluminum recyclé, et non de première main, constitue une autre alternative viable. 

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Plâtrage et enduit
ARTICLE

Plâtrage et enduit

PLÂTRAGE ET ENDUIT

Les murs intérieurs maçonnés sont généralement plâtrés avant finition, même si les murs en pierres naturelles ou en briques sont souvent laissés tels quels. Enduit de ciment, sous-couche ou primaire d’accrochage sont appliqués sur la maçonnerie avant la couche de plâtre de finition. Autre solution à ces techniques de plâtrage, l’application d’un simple enduit de finition. 

 

PLATRAGE ET ENDUIT

Le choix entre enduit de fond ou sous-couche de plâtre dépend de plusieurs facteurs. La sous-couche de plâtre ne peut être appliquée sur un mur montrant des signes d’humidité, contrairement à l’enduit de fond qui peut être renforcé par l’ajout d’adjuvants hydrofuges. Une sous-couche de plâtre sera plus isolante d’un enduit de fond mais la couche de finition sera moins résistante.

Le plâtre monocouche s’applique directement sur la maçonnerie mais une seconde couche est souvent nécessaire pour un résultat irréprochable. Sur une maçonnerie, la plus fine des finitions est obtenue en appliquant une sous-couche ou un primaire d’accrochage avant l’enduit de finition. La technique exige le savoir faire d’un professionnel.

L’enduisage reste une technique traditionnelle largement utilisée pour réparer ou rénover les murs intérieurs. De plus, cette solution se révèle moins couteuse que l’achat d’importantes quantités de plaques de plâtre. Pour couvrir tous les murs d’une pièce, préférez un enduit de finition appliqué sur des plaques de plâtre jointoyées à l’enduit de jointoiement, avant ponçage et lissage.

Schéma de principe d'un enduisage intégral d'un mur maçonné
Schéma de principe d'une bande à joint et enduisage intégral sur plaques de plâtres
Schéma de principe d'une bande à joint sur plaques de plâtres
Option 1 : Plâtrage d’un mur maçonné

Le plus économique des choix pour traiter de grandes surfaces.

Option 2 : Plâtrage d’un mur à ossature

Un premier lissage sur des plaques de plâtre à bords droits puis une couche de plâtre de finition.

Option 3 : Enduit « mur maçonné ou à ossature »

Un enduit de jointoiement comble les joints avant ponçage et application d’un enduit de finition.

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Planchers
ARTICLE

Planchers

PLANCHERS

La réalisation d’un plancher suspendu permet de rehausser le niveau du plancher par rapport au sol. La travure du plancher se compose de solives et de lambourdes assemblées de différentes façons selon l’âge du plancher et les coutumes locales.

 

CONSTRUCTION D’UN PLANCHER

Les solives du plancher prennent appui sur les murs de façade (entre les deux parois d’un mur creux) ou sur les murs porteurs intérieurs. De petits épaulements maçonnés sont souvent utilisés comme supports des solives. Le plancher lui-même est formé d’un assemblage de lames ou de panneaux de particules fixés à la perpendiculaire des solives.

Travure composée à solives encastrées

Une architecture traditionnelle où les extrémités des solives ou bastaings sont encastrées dans les murs porteurs qui supportent le poids du plancher. L’extrémité des solives prend parfois appui sur une semelle bois fixée sur chaque mur. Avec le temps, les solives ont tendance à s’imprégner d’humidité et doivent être remplacées. La section des solives varie selon la portée du plancher; un détail à ne pas négliger lors de la création ou de l’extension d’un plancher bois suspendu.

Schéma de principe d'une travure composée à solives encastrées
Schéma de principe d'une travure simple à lambourdes d'appui

Travure simple à lambourdes d’appui

Une travure à solives parallèles supportées par des chaises à solives (ou sabots) fixées sur des lambourdes d’appui. La gamme des chaises à solives décline différents accessoires adaptés aux sections et versions de solives disponibles sur le marché. Rapides à fixer, les chaises à solives permettent de rénover la travure d’un ancien plancher sans avoir à percer des trous dans les murs. Les tirants latéraux maintiennent les solives en place. Une extrémité se fixe sur l’extérieur du mur, l’autre perpendiculairement ou parallèlement aux solives. L’accessoire est surtout utilisé dans les constructions modernes aux murs plus légers.

Travure à poutre en I

Version contemporaine de la travure composée à solives encastrées, cette architecture de plancher repose sur l’utilisation de poutres en l réalisées en lamellé-collé. À la fois légères et résistantes, ces poutres sont moins sensibles aux déformations que les poutres bois traditionnelles. Le nom de la poutre fait référence au profil  de la pièce. Le sommet et la base de la poutre sont formés de sections séparées en bois laminé appelées talons. En dehors des poutres en  l, les membrures bois d’un plancher se présentent sous différentes formes de poutres et solives regroupées sous le terme de bois de charpente. Cette famille de produits sollicités dans différents domaines de construction, en toiture par exemple, regroupe également linteaux et pièces de structure.

Rigidifier et renforcer la travure

Lorsqu’on divise une pièce en érigeant un mur de séparation, la travure du plancher doit être renforcée. La construction d’une cloison légère, perpendiculairement aux solives du plancher, n’exige normalement aucun renfort de la travure. Lorsque la séparation est érigée parallèlement aux solives, la solive d’appui existante doit être doublée afin de mieux supporter la cloison. Des connecteurs bois sont utilisés pour l’assemblage des solives alors que des étriers facilitent la fixation des solives aux murs. On utilisera une solive de renfort de même section que la solive d’appui et on assemblera les deux pièces.

Enchevêtrures

Les pièces de bois alignées entre les murs porteurs forment le solivage. Lorsque les solives doivent céder la place à une trémie d’escalier ou à une trappe d’accès aux combles, les solives doivent être découpées de façon à réaliser une enchevêtrure. Les chevêtres désignent les pièces de bois fixées à la perpendiculaire des solives découpées qui prennent le nom de solives boiteuses. Les solives supportant les chevêtres sont désignées sous le nom de solives d’enchevêtrure. Des chaises à solives (sabots) sont utilisées pour supporter les pièces formant l’enchevêtrure.

Schéma de principe d'un chevêtre de plancher

Ventilation et isolation

Les planchers bois suspendus doivent être ventilés avec des briques perforées, assemblées au niveau de la paroi extérieure du mur. La plupart des problèmes d’humidité concernant la travure d’un vieux plancher de rez-de-chaussée sont généralement liés à un manque de ventilation et à la rupture ou l’absence de barrière hydrofuge. L’extrémité des solives doit s’encastrer dans la paroi extérieure d’un mur creux, au-dessus de la barrière hydrofuge. La rénovation d’un plancher commence par une inspection des solives. On veillera à ce que les extrémités de solives soient traitées et pénètrent bien la maçonnerie. On libérera les évents d’aération des briques afin d’assurer une libre circulation de l’air.  Le remplacement du plancher d’une pièce peut avoir un impact sur la ventilation d’un plancher proche. Lors du remplacement ou de la réalisation d’un plancher, on ajoutera une épaisseur d’isolant afin de limiter courants d’air et déperditions de chaleur.

 

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Monter des murs écologiques
ARTICLE

Monter des murs écologiques

MONTER DES MURS ÉCOLOGIQUES

ll est possible de construire des murs écologiques, même s’il ne faut pas oublier que, bien isolés, les murs conventionnels présentés ont un bon coefficient d’efficacité thermique. C’est pourquoi nous traiterons ici de méthodes éco-responsables, de durabilité et de biodégradabilité, autant que des facteurs qui améliorent les caractéristiques écologiques d’un mur. Voici les principaux types de construction de murs « verts». 

STRUCTURES ECOLOGIQUES TRADITIONNELLES              

Ces structures utilisent des matériaux ancestraux. Et malgré leur apparente simplicité, les techniques de construction sont très fiables. Abstraction faite des procédés de fabrication gourmands en énergie, le choix des matériaux utilisés dans ce, type de construction semble tout naturel.

Terre compactée

Plus connus sous le nom d’adobes, les blocs sont alignés et disposés en panneresse. Le mortier est constitué d’un coulis de ciment identique à celui qui a servi à fabriquer les blocs.

Illustration d'un mur en terre compactée

Pisé

Le pisé diffère des blocs de terre compactée (voir ci-contre) au sens où l’on utilise un coffrage pour donner sa forme au mur. Celui-ci est donc effectivement constitué d’un seul bloc.

Illustration d'un mur en pisé

Torchis

Pour construire un mur en torchis, on mélange de la terre avec un élément liant, tel que la paille, puis on procède par empilement et par moulage. Le mur ainsi obtenu est toujours beaucoup plus large à la base qu’au sommet.

Illustration d'un mur en torchis

AVANTAGES DES BALLES DE PAILLE

Les balles de paille conviennent parfaitement à la construction de murs écologiques bon marché. La valeur U d’une balle de 450 mm d’épaisseur est de 0,13 W/m² (contre environ 1,4 W/m² pour des murs de brique creux), ce qui fait de la paille un excellent isolant thermique. La simplicité avec laquelle on peut couper et mouler les balles en fait aussi un matériau très souple d’utilisation. Les enduits de finition les rendent aussi résistantes au feu que la plupart des structures en bois. Leur compacité ainsi que l’absence d’éléments nutritifs font qu’il est presque impossible aux parasites de s’y développer.

STRUCTURE EN BALLES DE PAILLE

La structure d’un mur en balles de paille est l’aboutissement de l’évolution de techniques traditionnelles. On utilise principalement des matériaux naturels et quelques composants fabriqués.  Différentes techniques  de  construction  existent. Nous avons choisi de présenter ici les deux principales, bien que l’on trouve des exemples hybrides.

Balles de paille

Structures poteaux-poutres. La paille sert à remplir des cadres de bois porteurs. Ces cadres consistent traditionnellement en un ensemble de poteaux et de poutres, même si les techniques modernes permettent d’utiliser des bois d’ingénierie et des bois rabotés.

 

Illustration d'un mur en carde bois rempli de paille
Technique Nebraska

Cette technique utilise la paille même comme matériau porteur et comme support pour le toit. On a recours au bois et à l’acier pour solidifier le mur.

 

Illustration d'un mur à ossature bois et acier rempli de paille

MURS INTÉRIEURS

Dans une maison respectueuse de l’environnement, murs intérieurs et extérieurs  peuvent être construits avec des matériaux semblables ou comme dans une maison conventionnelle différents. Une maison en maçonnerie pleine peut ainsi avoir des murs intérieurs avec ossature métallique, et une maison en balles de paille des murs intérieurs avec des ossatures bois. Le choix entre ces deux options dépend de l’espace intérieur que l’on veut gagner. Certaines maisons en balles de pailles ont aussi des murs intérieurs en paille, mais ils prennent beaucoup de place. On peut toutefois économiser de l’espace en mettant des ossatures beaucoup plus fines ou en plaçant les dalles de paille sur la tranche.

 

STRUCTURE ÉCOLOGIQUE MODERNE

Les techniques de fabrication des murs écologiques traditionnels se sont modernisées, ce qui veut dire qu’elles offrent des productions suffisantes pour être commercialisées. Dans la plupart des cas, le matériau de base est identique à celui d’autrefois, mais on trouve aujourd’hui des matériaux recyclés qui servent à Créer des éléments de construction « verts » dont on se sert ensuite comme s’il s’agissait de produits anciens.

Blocs recyclés

Plus proches des blocs de terre compactée ou adobes, ces blocs sont disposés pratiquement de la même manière, en panneresse. Ils peuvent être porteurs ou non selon la position des blocs.

Illustration d'un mur composé de blocs recyclés
Remplissage d’ossature

Des matériaux comme le chanvre servent à remplir des ossatures bois. Comme pour les structures poteaux-poutres en balles de paille le chanvre peut se présenter sous forme de bloc ou bien être disposé comme le pisé.

Illustration d'un mur à ossature bois rempli de chanvre
Blocs d’argile cellulaire

Un mortier de bains mince est appliqué, uniquement horizontalement. les joints verticaux alternent, ce qui rend le mur très facile à construire. 

Illustration d'un mur composé de blocs d'argile cellulaire
Panneaux structurels isolants SIP

Le matériau isolant est compressé entre deux panneaux pour former un élément structurel avec un très bon coefficient d’efficacité thermique. certains panneaux sont fabriqués avec des matériaux respectueux de l’environnement, comme la paille compressée. 

 

Illustration d'un mur à ossature bois rempli de chanvre
Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Le tour du propriétaire
ARTICLE

Le tour du propriétaire

LE TOUR DU PROPRIÉTAIRE

EXTÉRIEUR

L’extérieur d’une maison supporte tout au long de l’année les caprices du temps. Une inspection annuelle de tous les éléments exposés aux intempéries permet de vérifier le bon état de l’ensemble. Soyez vigilant et sachez détecter au plus vite les moindres petits problèmes avant que les choses ne dégénèrent. Les principaux points sensibles devront êtres répertoriés.

Inspectez également l’intérieur de la maison  afin de déceler l’éventuel indice d’une dégradation extérieure.

Savoir réagir

Vous rencontrez un problème? Avant d’agir, commencez par passer en revue les solutions présentées au cas par cas dans ces pages. Mesurez l’étendue des dégâts et assurez-vous que ledit problème n’est pas symptomatique de dommages plus sérieux. Êtes-vous en mesure d’effectuer vous-même la réparation? Le recours aux conseils ou à l’intervention d’un professionnel s’impose-t-il? Une fois le problème identifié, il convient d’évaluer l’urgence de l’intervention. Une fuite sur une canalisation ou un écoulement d’eau incessant finira par être gravement préjudiciable et grèvera lourdement votre facture d’eau. Si le problème n’est que ponctuel, par exemple lié à l’obstruction d’une gouttière par des feuilles à l’automne, le respect d’un calendrier d’entretien annuel suffira à y remédier.  Sachez enfin  que  si  vous  envisagez de vendre  votre maison,  la moindre dégradation extérieure jouera en votre défaveur et incitera l’éventuel acheteur à faire baisser le prix de la transaction.

Écoulement des eaux

La plupart des tâches d’entretien extérieur d’une maison s’attachent à veiller au bon écoulement des eaux usées. Dans les habitations récentes, eaux usées et eaux de pluie font l’objet de réseaux séparés. Les eaux usées sont dirigées vers un collecteur principal à travers un réseau de canalisations enterrées. Des regards de visite situés sous les plaques d’égout permettent d’accéder aux canalisations. Les eaux de pluies sont dirigées vers un collecteur distinct ou rejoignent parfois le collecteur principal via des canalisations séparées. Dans les habitations plus anciennes, eaux usées et eaux de pluie empruntent les mêmes canalisations.   Ce système d’évacuation obsolète doit si possible faire l’objet d’une rénovation.

 

INTÉRIEUR

Les dommages rencontrés à l’intérieur d’une maison trouvent souvent leur origine à l’extérieur. Une tache d’humidité peut ainsi résulter d’une fissure en façade, qu’il conviendra de traiter sans attendre. De nombreuses autres défaillances relèvent de questions d’esthétique et de sécurité. Enfin, sachez que si un travail de peinture peu soigné se limite à dévaloriser l’aspect intérieur d’une maison, une fuite au niveau d’un robinet peut avoir des conséquences beaucoup plus désastreuses.

Savoir réagir

Il est bien évident que vous ne pourrez jamais régler tous les problèmes en même temps! Attaquez-vous aux priorités et à tous les points mettant en jeu la sécurité de la maison. Vérifiez, par exemple, le bon fonctionnement des détecteurs de fumée. Veillez à la maintenance régulière de certains éléments, comme les chaudières et tous les autres appareils de chauffage à gaz ou au mazout. Pensez également à faire vérifier des installations moins sensibles, les systèmes de climatisation, par exemple. Sachez que la majorité des problèmes rencontrés exige le recours à un professionnel, notamment lorsque le gaz est en cause. Les contrats de maintenance liés à ce genre d’installation garantissent la sécurité des interventions et évitent de procéder à des réparations coûteuses ou au remplacement de l’appareil en cas de casse. Enfin, entretenez votre intérieur, sachant que toutes les améliorations apportées contribuent à la plus-value de votre maison. Dans cette optique, planifiez et budgétisez tous les projets concernant les changements de décoration ou l’acquisition de  nouveaux équipements.

Mémento pratique

S’il paraît judicieux de conserver trace des  numéros  de téléphone, noms et adresses de professionnels et de services de dépannage ainsi que des dates de maintenance de vos équipements et les différents documents relatifs à leur mise en service ou à leur entretien, rien de cela ne peut vous aider sans une organisation rigoureuse de toutes ces informations. Pourquoi ne pas les réunir dans un bloc notes spécialement dévolu à cette fonction? Le classeur semble pourtant la solution la mieux adaptée, car il permet de ranger précisément chaque document.

 

ECOLOGIE

De nombreuses pistes existent pour apporter des améliorations respectueuses de environnement à votre habitation. Si Certaines solutions vertes impliquent des  travaux de grande ampleur et sont à envisager uniquement dans le cadre d’un projet de construction, beaucoup sont simples à mettre en oeuvre. Et de manière générale, presque tous les travaux de bricolage peuvent trouver une  solution  écologique simple et pratique.

Solutions vertes

Chaque technique ou matériel de construction présente des avantages et des inconvénients ; il en va de même pour les solutions « vertes ». ll est important que les artisans justifient  clairement leurs devis, car il est toujours utile de pouvoir les comparer sur la base de critères précis, de réfléchir à la faisabilité de différentes options et de s’assurer que les travaux envisagés répondent bien à des besoins réels. Il existe de nombreux domaines   qui  permettent     de  rendre   sa  maison   plus  écologique. Grâce aux renvois de pages, vous pourrez   naviguer    dans   l’ouvrage    et   trouver   les  solutions « vertes » qui correspondent à vos attentes. Vous apprendrez ainsi à réaliser votre propre projet éco-responsable.

Énergie éolienne

Des éoliennes produisent de l’électricité en complément de la source principale.

Toit végétalisé

Produit de l’oxygène, isole efficacement et constitue un habitat pour la faune.

Pompes à chaleur 

Différents modèles pour chauffer la maison et l’eau.

Chaudières à biomasse

Une alternative carboneutre viable aux chaudières conventionnelles.

Isolation

La clé de la performance énergétique. Utilisez si possible des matériaux recyclés.

Énergie solaire passive

L’ensoleillement peut fournir lumière et chauffage. 

Energie solaire active

Des capteurs d’énergie solaire produisent   eau  chaude et électricité.

Peinture

Des peintures naturelles et inoffensives, à acheter ou a fabriquer soi même.  

Blocs « verts »

Allier l’ancien et le nouveau pour solutions « vertes »

Eau de pluie 

La récupération des eaux de pluies peut se faire à plus ou moins grande échelle.

 

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Les travaux…une affaire de pros
ARTICLE

Les travaux…une affaire de pros

LES TRAVAUX...UNE AFFAIRE DE PROS

Vous hésitez à entreprendre certaines tâches et vous pensez qu’elles sont affaires de professionnels ? Les indications suivantes vous aideront à cerner les compétences de chacun et, ce faisant, à vous guider dans la sélection du spécialiste ou de l’artisan le plus à même de répondre à vos attentes. À vous, ensuite, de dénicher les meilleurs d’entre eux!

Suivez les recommandations de votre entourage et n’hésitez pas à solliciter plusieurs artisans si nécessaire avant d’arrêter votre choix.

Quant à la facture finale, elle doit correspondre au travail réellement effectué et au montant initial du devis.

CHOISIR UN PROFESSIONNEL

Consultez votre entourage et suivez ses recommandations.

Exigez un devis écrit et un descriptif détaillé des travaux.

Vérifiez que le chauffagiste ou l’électricien sollicités ont bien les agréments requis.

Allez voir sur place, si possible, les réalisations antérieures de l’artisan auquel vous faites appel.

Demandez à voir des échantillons des matériaux qui vont être utilisés.

Consultez-nous en cliquant ici.

Architecte

Vous souhaitez déposer un permis de construire? L’architecte se chargera de dessiner les esquisses et les plans nécessaires aux travaux de construction. À vous de négocier avec lui le montant de ses honoraires. Un contrat écrit stipulera clairement l’étendue de sa mission, les modalités de sa rémunération (au forfait, au pourcentage du coût des travaux ou à la vacation horaire), le mode de règlement, les délais à respecter et les assurances légales souscrites.

Bureau d’études

Sous cette dénomination se cache un groupement d’ingénieurs qui prennent en charge l’étude, la conception et le suivi des travaux concernant la structure d’une construction. Souvent consulté par l’architecte lors de la  réalisation des plans, le bureau d’études propose aussi des solutions techniques sur le chauffage le mieux  adapté  à votre  maison et  sur  l’isolation  qui  lui  correspond, par exemple; il peut également vous conseiller des artisans.

Couvreur

En règle générale, la mission d’un couvreur se limite, dans un premier temps, à la préparation et à la pose de matériaux de couverture comme les tuiles, les lattes et voliges ou le feutre avant les finitions au mortier. Le menuisier charpentier s’attache de son côté aux éléments porteurs de la toiture. Dans un second temps, le couvreur a pour responsabilité de  poser l’ensemble des égouts de toit qui permettront l’évacuation des eaux de pluie. L’estimation et le coût de revient de la prestation d’un couvreur sont difficiles à estimer précisément. Ainsi, les conditions météorologiques peuvent retarder l’avancement du travail et, par répercussion, entraîner l’augmentation du prix de location d’un échafaudage. Enfin, veillez à ce que tous les matériaux choisis soient mentionnés sur le devis du couvreur.

Électricien

Un ouvrier spécialisé dans la conception, l’installation et la réparation des équipements électriques. Exigez les services d’un électricien agréé faisant appel à des matériels et des techniques conformes à la réglementation en vigueur (norme NF C 15-100).

Entrepreneur

Si les grandes entreprises en bâtiment salarient des équipes d’ouvriers regroupant différents corps de métier, les petits entrepreneurs font généralement appel à la sous-traitance pour l’exécution d’une partie des travaux liés à la construction.

Si l’entrepreneur général est souvent lui-même un artisan, spécialisé dans la maçonnerie ou la menuiserie, par exemple, il peut se charger de mener à bien l’ensemble du projet. Avant de vous engager, exigez un devis descriptif détaillé, précisant la nature des travaux à effectuer, et convenez avec l’entrepreneur d’un prix forfaitaire ou révisable.

Maçon

Au-delà du simple travail d’assemblage de briques ou de parpaings, l’artisan maçon peut assurer la mise en œuvre de constructions à base de matériaux plus traditionnels, comme la pierre, ou la réalisation d’ouvrages très spécialisés, des fenêtres à meneaux, par exemple. En dehors de forfaits établis pour la réalisation d’ouvrages bien spécifiques, les tarifs pratiqués obéissent généralement à un barème tenant compte de la nature des travaux, du coût des matériaux, de la surface et du temps requis.

Maître d’œuvre

Vous souhaitez faire construire ? Choisissez un constructeur ou un entrepreneur qui se chargera du suivi et de la bonne exécution des travaux par les différentes entreprises placées sous ses ordres; lui seul assurera la liaison entre vous et les intervenants du projet. Un architecte ou un conducteur de travaux pourra faire office de maître d’œuvre, mais si l’ampleur du chantier exige la présence d’un professionnel assurez-vous que ce dernier possède l’expérience et toutes les compétences requises en la matière.

Menuisier et assembleur

Alors qu’un assembleur se charge du montage d’éléments sur mesure, comme les portes ou les fenêtres, un menuisier a pour tâche d’intégrer ces mêmes éléments dans votre intérieur ou encore d’intervenir dans certains domaines de la construction. Un bon menuisier peut apporter une aide précieuse dans l’exécution de tâches complexes, comme la fabrication d’un meuble de cuisine spécifique. Enfin, si vous confiez un travail à un assembleur, une commande de fenêtres par exemple, veillez à formuler précisément vos demandes et exigez que ce dernier mentionne clairement sur son devis le type de bois utilisé, sachant que le prix et la qualité du produit fini en dépendent.

Peintre et décorateur

Outre son rôle de conseil, un décorateur professionnel prendra en charge toutes les questions relatives aux revêtements muraux, de la peinture au papier peint, en passant par le carrelage. L’emploi d’un décorateur professionnel constitue un gage de qualité en matière de finition; il est un atout non négligeable, notamment pour la pose de revêtements onéreux. S’il n’est pas aussi décorateur, le peintre a la charge des travaux de peinture extérieurs. Veillez à ce que le devis mentionne le nombre de couches, la qualité et le type de peinture utilisée.

Plâtrier

Cet ouvrier spécialisé de second oeuvre a pour mission d’enduire murs et plafonds à l’extérieur comme à l’intérieur, mais se charge également de réaliser ornementations et enduits texturés décoratifs. Le prix annoncé dans son devis doit faire état d’un nombre de couches à appliquer. 

Ses services peuvent englober certaines tâches annexes, comme la découpe et la pose de plaques de Placo-plâtre avant finition. Si quelques entreprises proposent un large éventail de prestations, d’autres plus spécialisées limitent leurs interventions à certains domaines, comme la réalisation de corniches, de moulures ou encore d’enduits texturés.

Plombier et chauffagiste

Des professionnels aux activités souvent complémentaires qui, pour l’installation, la mise en service ou la maintenance d’une installation de chauffage au gaz, doivent impérativement posséder l’agrément PGN-PGP. Les travaux courants de plomberie, comme l’installation d’une baignoire ou de W-C, sont quant à eux soumis à moins de contraintes.

Un artisan plombier peut également prendre en charge les travaux concernant les gouttières, les noues ou encore le remplacement de canalisations en PVC ou Fonte.

Poseur de revêtement de sol 

Les entreprises spécialisées dans ce domaine peuvent satisfaire toutes les demandes, du simple ragréage de sol à la vitrification de parquet massif. Renseignez-vous sur l’étendue des compétences de l’entreprise sollicitée avant de vous engager. Vous pourrez également faire appel aux services d’un poseur de revêtements souples, d’un carreleur ou d’un parqueteur.

Poseur-installateur

Cette dénomination englobe tous les professionnels proposant à la fois un produit et un service d’installation. Qu’il s’agisse de fenêtres, de portes de garage, de stores ou de cuisine équipée, vérifiez toujours que le produit livré correspond au produit réellement acheté; soyez encore plus vigilant lorsque l’installation exige l’intervention de différents spécialistes. Un cuisiniste devra être en mesure de mettre à votre disposition menuisier, plombier, électricien, chauffagiste, décorateur et carreleur… Un storiste se contentera de vous livrer le produit et de faire appel à un simple poseur qui se chargera de la partie installation et fixation.

Terrassier

Avant  la  construction,  les  terrassiers déblaient le terrain, établissent les fondations, creusent les tranchées d’évacuation, délimitent les voies d’accès et procèdent de façon générale à tous les travaux préparatoires à l’édification d’un ouvrage.

Rarement installés à leur compte, les terrassiers sont le plus souvent employés par une entreprise de construction. Le travail de déblaiement accompli en une journée par un terrassier et sa pelleteuse peut représenter un gain de temps et d’argent non négligeable.

 

PAIEMENT ET SUPPLEMENT

Évitez de payer d’avance les artisans chargés de petits travaux. Ne réglez la facture qu’une fois le travail achevé et conforme à vos attentes. Concernant les réalisations plus importantes, la règle veut que le paiement soit échelonné au fur et à mesure de l’avancée des travaux; à ce propos, il convient de définir des étapes claires et précises, comme l’achèvement des fondations, l’élévation des murs, la mise hors d’eau, etc. L’entrepreneur peut parfois exiger une avance; cet acompte fait office de dépôt de garantie et lui permet de passer commande des matériaux. Le solde est versé à l’achèvement des travaux. Tout supplément par rapport au prix initialement fixé sur le devis devra faire l’objet d’un accord écrit entre l’entrepreneur et le maître d’ouvrage, commanditaire des travaux.

 

PERMIS DE CONSTRUIRE ET AUTORISATION DE TRAVAUX

Le permis de construire est une autorisation délivrée par la Direction départementale de l’Équipement (DDE) en vue de la réalisation de travaux dans le respect des règles d’urbanisme. Tous les travaux exécutés sur les constructions existantes, lorsqu’ils ont pour effet d’en changer la destination, de modifier leur aspect extérieur ou leur volume, ou de créer des niveaux supplémentaires, exigent l’obtention préalable d’un permis de construire.

Le délai  d’instruction  d’un permis de construire est généralement de deux mois. La demande d’autorisation de travaux, qui sera déposée à la mairie de votre commune, ou de celle où sera réalisé le projet de construction, concerne des travaux de moindre importance: une extension de moins de 20 m², un ravalement de façade ou encore le percement d’une fenêtre.

Vous avez un projet de rénovation, prenez contact avec nous via le formulaire en cliquant ici.
Faites estimer vos travaux en cliquant ici.

vous aimeZ cet article?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Continuer la lecture
Fermer le menu
Aller à la barre d’outils